Existe-t-il de bonnes et mauvaises intuitions?

Quand on écoute ce qui monte, qu’on passe à l’action et que cela se concrétise, on nous dit souvent que nous avons eu de la chance. Si cela n’a pas fonctionné, on croit que c’était une mauvaise intuition. Qu’en est-il? Existe-t-il de bonnes et mauvaises intuition? C’est une intéressante question.

Qu’en pensez-vous? Est-ce que votre petite voix peut se tromper?

Je ne le crois pas. Je crois qu’il peut y avoir une mauvaise traduction de ce qui monte ou qu’on confonde intuition avec intention. Je sais, vous n’êtes pas tous d’accord avec moi et c’est correct, mais si vous poursuivez la lecture, vous comprendrez pourquoi je crois cela.

N’oubliez pas que cette dimension invisible de vous vous connaît mieux que vous-même. Donc elle sait ce qui vous stimulera, ce qui vous fera bouger et elle connaît vos peurs profondes. Si nous pouvions voir tout ce qu’elle doit mettre en place pour nous amener là où nous devons être, nous serions très impressionnés et vraiment très reconnaissants qu’elle se donne tout se trouble pour nous. Elle doit redoubler de créativité parce que la majorité des gens ne l’écoute pas ou presque pas. Plus préoccupés par ce que nous voyons et entendons, notre double doit piloter comme si nous étions sourds et/ou aveugles. Même si nous vivons nos vies comme si elle n’était pas là, elle nous aime toujours autant. Il faut vraiment beaucoup d’amour, vous en conviendrez!

Je vais vous donner un exemple d’une fois où je me suis fait dire par des proches « C’était sûrement pas ton intuition qui t’avait inspiré de faire cela! » Il y a vraiment plusieurs années, j’ai loué une petite maison de ville en banlieue de Montréal. Ma fille n’avait pas deux ans et nous revenions de passer deux ans à Paris. J’étais monoparentale. Quinze mois plus tard, la propriétaire de la maison que je louais m’a informé qu’elle vendait sa maison, ce qui signifiait que je devais partir à la fin de mon bail. J’avais trois mois pour m’y préparer. J’ai souhaité très fort qu’elle ne se vende pas, mais la vente fut rapide. J’ai très mal reçu cette nouvelle, car j’avais un méga raz-le-bol des déménagements. J’avais juste envie de mener ma petite vie tranquille avec ma fille. Je me souviens d’avoir engueulé à voix haute mon double en lui disant à peu près ceci: « Ce n’est pas vrai que je vais encore une fois devoir faire mes cartons et déménager! Réalises-tu qu’en 32 ans, j’ai déménagé 18 fois? C’est vraiment pas cool! Je suis furieuse. Si je pars d’ici, ce ne sera que dans MA maison et plus rien ne m’en fera bouger! Tu as compris? Je veux bien faire mes cartons encore une fois, mais ce sera la dernière. Je te remercie de m’organiser ça. »

Je n’avais pas encore compris qu’on ne peut pas contrôler ce qui nous contrôle. Le plus drôle, c’est que je n’avais pas les moyens d’acheter une maison, mais j’étais confiante. Vous allez rire, parce que mon double m’a vraiment bien eu! À cette époque, j’avais plein d’objets sur lesquels il y avait le dessin d’une jolie maison victorienne bleue. J’avais des cartes avec cette image, un agenda, une boîte avec du papier à lettre aussi. Cette maison m’interpellait. En roulant en auto dans un quartier en développement, à la recherche d’une maison à acheter, je suis tombée sur une réplique quasi exacte de cette maison bleue. C’était un signe. Mon amoureux était avec moi. Il y avait justement une pancarte à vendre devant la maison et j’ai dis à mon amoureux que je ressentais qu’elle était déjà disponible. Nous avons contacté l’agent d’immeuble et nous l’avons visité. Elle était effectivement libre. Tout le long de la visite, je ressentais la présence d’une entité. J’appris alors que personne n’avait habité cette maison parce que c’était la maison de rêve de la conjointe du vendeur, laquelle était décédée d’un cancer avant même de pouvoir l’habiter. Je ne l’ai jamais rencontré cet homme puisqu’après le décès de son épouse, il avait accepté un contrat en Europe de l’est pour noyer sa peine. Je l’aimais cette maison, c’était bien là que je voulais vivre. N’ayant pas les moyens de l’acheter, j’ai proposé au vendeur (via son agent) de louer sa maison avec une option d’achat. Qui ne risque rien n’a rien. Il a accepté!!! J’étais hyper excitée. Nous avions échangé des fax et je me suis mise à préparer mes boîtes avec enthousiasme et entrain. Quand j’ai eu terminé de faire mes cartons, j’ai reçu un appel du vendeur qui exigeait un dépôt non remboursable de 2500,00 $!!! Revirement total de situation. Quoi? Je ne pouvais pas lui donner ce montant et je me suis retrouvée à devoir me trouver une autre maison. Est-ce que mon intuition était mauvaise? Non, c’est exactement ce que mon double voulait que je fasse pour m’amener à faire mes cartons. Je l’ai compris assez rapidement d’ailleurs. Je n’avais jamais ressenti que j’allais avoir MA maison, je VOULAIS avoir ma maison. C’est très différent. Si j’avais lâché prise lorsque j’ai su que je devrais déménager, les choses auraient été beaucoup plus simple, mais je m’étais accrochée à mon idée d’avoir MA maison pour ne plus devoir bouger encore et encore. Mon double avait d’autres projets pour moi. C’est vrai que j’ai eu une vie mouvementée ponctuée de déplacements, mais si vous saviez tout ce que cela m’a permis d’expérimenter et d’apprendre!

Ce qui monte en nous n’est pas toujours ce que nous souhaitons non plus. À la fin de l’été 2017, j’ai ressenti très fort en moi que je ne renouvellerais pas mon bail! Ça ne me plaisait pas de ressentir cela, parce que j’adorais l’énergie de cet endroit au bord de la rivière. J’y étais depuis seulement un an!

De plus, je cumulais 31 ou 32 déménagements, alors non, ça ne me tentait pas. Sauf que je savais que lorsque je ressentais cela, la vie avait prévue autre chose pour moi. Je ne résiste plus. J’avais bien compris le message, j’ai prévenu mes proches que je déménagerais, mais j’avais jusqu’en mars pour donner mon avis de non-renouvellement de bail. Je pleurais dans mon hamac au bord de la rivière à l’idée de devoir quitter cet endroit. Je ne comprenais pas, ça me peinait, mais j’acceptais. Pour être bien certaine que je ne change pas d’idée (probablement à cause de ma peine), mon double a mis en place une série d’évènements incroyables pour que je n’ai plus qu’une seule idée en tête, partir de là, malgré ma complicité avec les arbres de la rivière. D’autres revirements de situations improbables. Je comprenais très bien ce que mon double faisait. J’ai donc donné mon avis de départ bien avant la date limite, question d’avoir un répit avec les moyens de pression. Ah! Ah! Ah! Je me suis mise en quête de mon prochain chez-moi, mais bon, faut savoir qu’au Québec, presque tout le monde déménage autour du 1er juillet. Cela fait en sorte que les gens ont jusqu’à la fin mars pour signifier leur départ. C’est difficile de trouver quelque chose avant cette période, surtout dans la région où je vis. Encore une fois, je me suis dis que ce serait sans doute le moment de m’acheter une petite maison. Ce serait plus économique, même si mon rêve était de vivre dans une autre région. J’ai commencé à visiter des maisons et une voix en moi me disait « 5 juin ». Il était hors de question que je parte le 5 juin, mes cartons étaient faits et j’avais découvert des moisissures dans la maison. J’étais pressée de partir. Puis j’ai trouvé une petite maison à vendre qui avait tout ce que je recherchais. J’avais même repéré mon signe symbolique bien en évidence sur la grange. J’avais contacté la municipalité pour m’assurer que je pourrais éventuellement y faire certains travaux que j’avais en tête. J’ai demandé à la propriétaire de la maison que je louais si elle accepterait que je parte le 15 mai, elle avait accepté. Mes cartons étaient faits. J’ai fait une offre et elle fut acceptée, mais le propriétaire de la maison, un homme apparemment agressif (je ne l’ai jamais vu) s’est crêpé le chignon avec son agent d’immeuble et il ne voulait plus vendre!!!! Autre revirement de situation. J’aurais été en droit de le forcer à vendre, puisqu’il avait accepté mon offre, ,mais je me suis arrêtée, j’ai ressenti et ça me disait de ne pas insister. Ça n’augurait rien de bon. Ça continuait de me dire « 5 juin ». Cela n’avait rien pour me plaire parce que je devais quitter le 15 mai! Je commençais à paniquer sérieusement, je dois vous l’avouer. J’ai recommencé à chercher, mais il n’y avait rien d’intéressant. J’ai regardé les locations, c’était terriblement déprimant ou insalubre. Je ne ressentais rien. Je passais mes weekends à arpenter les petites rues des villages des alentours à la recherche de LA place. Il n’y avait qu’un « 5 juin » qui revenait sans cesse. Puis mon agent m’a informé que la maison que j’avais voulu acheter était à nouveau à vendre et elle était vraiment notre meilleure option. J’ai relancé tout le processus avec mon agent cette fois-ci. Mon institution bancaire avait accepté, mais l’organisme qui garantissait une partie de la mise de fond a refusé. Retour à la case départ. J’avais dû informer ma proprio que je ne partirais plus le 15 mai. Elle voulait savoir quand, mais je ne savais pas quoi lui dire. C’était pour moi une période très stressante, tout cela parce que j’avais refusé de croire au 5 juin.

Le 2 juin, une amie m’a mis en contact avec une de ses amie qui connaissait peut-être quelqu’un qui louait parfois une maison dans cette région. Le 3 juin, j’apprenais que sa maison était effectivement à louer depuis la veille et il m’a donné un rendez-vous pour le 4 juin, afin que je visite la maison. Coup de cœur immédiat. Je venais de trouver. Elle ressemblait beaucoup à une maison de hobbit qui me faisait rêver. Alors que je remplissais des documents pour la location, je disais ironiquement en silence à mon double que nous n’étions pas le 5 juin, mais le 4, quand le propriétaire m’a dit, « Nous ne signerons pas le bail aujourd’hui. Je dois vérifier les informations au niveau du crédit. Je te recontacte. » Il me rappelait le lendemain pour me demander d’aller signer le bail, nous étions le 5 juin!

Au printemps suivant, nous avons eu dans la région de gros inondations et là où je vivais avant, au bord de la rivière, ils ont dû évacuer!!! Merci la vie de m’avoir sorti de là!

La morale de cette histoire, c’est que plus nous nous entêtons ou plus nous voulons forcer les choses ou les contrôler, moins cela se passe comme nous le voulons. Vaut mieux tout simplement laisser faire cette dimension qui arrive à gérer tout cela bien mieux que nous. Nous ne savons pas, nous, ce qui s’en vient, mais elle, elle le sait. Cette fois-ci, à partir du moment où j’ai démissionné, je l’ai laissé faire. La seule raison pour laquelle j’ai osé, c’est que je sais maintenant que tout cela est une illusion que je ne contrôle pas. Je regardais les offres d’emploi sans stress, sans pression et sans compromis, juste pour occuper mon mental. Je m’organisais surtout pour m’assurer de maintenir le bon état d’être en attendant de reconnaître le bon. Ainsi, mon double n’a pas eu à me lancer dans une direction temporaire pour m’occuper en attendant que ce soit le bon moment. Ce sera la même chose avec la maison. Louer ou acheter? Je ne forcerai plus. Je le saurai le moment venu.

Est-ce que ça vous tente d’essayer?

Toutarmonie

2 réflexions au sujet de « Existe-t-il de bonnes et mauvaises intuitions? »

  1. Ta petite voix intérieure est vraiment très forte !
    En plus, elle t’a sauvée d’une inondation, ce qui est très destructeur et difficile à vivre.

    1. Merci! Je crois que les voix intérieures sont toutes puissantes, encore faut décrocher le téléphone quand elle veut nous parler. C’est là notre défi, conserver le bon état d’être sans analyser. Ça demande BEAUCOUP de lâcher prise, avant, pendant et après. Par contre, il n’y a pas plus grande satisfaction que de voir se concrétiser nos ressentis en laissant cette dimension invisible agir! ☺️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s