Pendant que la nature se transforme

Vous me manquez! Déjà presque 7 mois que je ne suis pas venue m’entretenir avec vous. Je ne cesse de m’étonner de la rapidité à laquelle passe le temps. Un vie, c’est un claquement de doigt, sans plus.

Depuis la dernière fois, j’ai vécu 2 déménagements, le mien et celui du bureau, en pleines canicules (oui un « s » car il y en a eu plusieurs). En fait, l’été au complet me semble avoir été une canicule. À trois reprises, j’ai reçu des avis de tornades sur mon cellulaire. La dernière fois, j’en ai reçu 5 en une heure et de fait, pas très loin d’ici, 6 tornades ont fait d’énormes dommages. Je m’enfermais seule avec mes 2 chats dans la pièce centrale (la toilette) en attendant que cela passe. Nous avons eu des climats tout simplement tropicaux qui parfois faisaient de la buée sur l’extérieur des fenêtres des maisons. Aujourd’hui, j’ai cueilli des framboises! Depuis le 2 octobre que j’en récolte, dans ces mêmes plants qui ont donné une récolte en juillet. La chaleur faisait murir trop vite les fruits et avant que je n’ai pu les cueillir, un ours a piétiné plusieurs de mes framboisiers. Des framboises en octobre, moi j’avais jamais vu cela. Elles sont plus grosses, plus savoureuses et plus juteuses qu’en été. Un délice!

On n’a pas fini d’être étonnés des changements que le réchauffement climatique apporte. Cela dit, ça commence à sentir l’hiver. Tout est enfin prêt. À mon nouveau chez-moi, je vois beaucoup de cerfs de Virginie. Un pur bonheur! Je les prenais pour des chevreuils, mais les chevreuils n’ont pas de queue et mes visiteurs ont une formidable queue blanche qui se dresse lorsqu’ils courent. Samedi matin, deux jeunes gracieux cerfs m’ont salué en ouvrant les rideaux et une gélinotte huppée sautillait sur place derrière la maison. J’adore les weekends très venteux d’octobre parce que ça semble éloigner les chasseurs que je trouve très agressants. Me faire réveiller par des tirs à 6 h 30 du matin, ça me met toute à l’envers. Je souhaiterais inviter tous ces animaux à se réfugier chez moi, mais même ici, je ne crois pas qu’ils seraient à l’abri de ces gens peu respectueux. Il semblerait que même la maladie débilitante chronique du cerf ne fait pas peur aux chasseurs.

automnefleurs.jpg

J’habite tout près d’un parc national et donc je vois de nombreux animaux. Il y a une telle variété d’oiseaux chez-moi que de mon hamac de salon, face à mes grandes fenêtres, je n’ai qu’à attendre un peu avec mes jumelles et je fais de superbes découvertes. La nuit, quand j’éteins toutes les lumières intérieures, c’est noir encre, car il n’y a aucune lumière aux alentours. En juin, j’avais droit à un formidable ballet de lucioles. J’en avais les larmes aux yeux tant cela était magnifique. En août, de furent les Perséides qui m’ont offert un spectacle digne du planétarium.

À mon arrivée ici, il m’a fallu quelques semaines pour découvrir d’où provenait un puissant cri nocturne. Un cri effroyable à glacer le sang. J’ai d’abord cru à un oiseau de proie, mais j’ai finalement découvert que c’était le cri d’une renarde. Si vous ne savez pas de quoi je parle, je vous invite à cliquer ICI et d’écouter ce que ça donne. J’ai trouvé cela sur le web, car mes enregistrements n’étaient pas très bons. Ses cris peuvent durer plus d’une heure. Assez particulier, surtout quand on ne sait pas ce que c’est et que cela résonne en écho.

Les premiers flocons sont tombés depuis 4 jours. Les feuilles colorées se mettent à tomber et les insectes au ralenti semblent drogués. La nature se transforme pour faire place à l’hiver. Les gens sont plus fatigués, parce que le corps aussi se prépare à l’hiver. Il demande de ralentir, ce que nos vies acceptent mal. Manger selon les saisons, vivre au rythme des saisons, n’est pas encouragé dans nos sociétés. Pourtant, la nature nous parle et nous guide.

Je vous dis à bientôt, car je devais être de retour plus assidûment.

Toutarmonie

Publicités

L’importance de profiter de chaque saison

Aujourd’hui, après avoir passé plus d’une heure à pelleter la neige, j’ai déneigé la roche  située entre les arbres, au bord de la rivière, afin d’y installer temporairement mon hamac. Il faisait doux, comme c’est généralement le cas lorsqu’il neige. J’en ai donc profité pour relaxer et admirer la nature enneigée. J’ai été ravie de découvrir les traces d’un renard qui avait longé la rivière pour rejoindre mes sentiers déneigés.

Certains se surprennent de me voir utiliser mon hamac en hiver, pourtant c’est la saison où l’on est certain de ne pas se faire déranger par les moustiques! L’air est frais et malgré le murmure continuel de la rivière, la nature est très silencieuse, comme si elle retenait son souffle.

Je ne pouvais m’empêcher de penser à ce que serait ma vie si je vivais encore près de Montréal. Ce n’est pas qu’une question de pollution, c’est une question d’équilibre et de connexion. Même en étant très intuitif, vivre entouré de béton représente un réel défi pour tout le monde. En région urbaine, on se console en se disant qu’on est proche de « tout » encore faut-il redéfinir ce terme. Si en ville, « tout » signifie généralement transports en commun, épiceries, boutiques, bistros, salles de concerts, théâtres, cinémas. Ici mon « tout » signifie nature, animaux sauvages, grands espaces, beauté, forêt, produits locaux biologiques qui n’ont pas voyagé des milliers de kilomètres avant de se retrouver dans mon assiette, faire pousser aliments et herbes, les transformer, filer sa laine, tricoter ses vêtements, prendre le temps d’apprécier l’ici et maintenant, s’entendre penser, s’entraider, faire du troc, récupérer. Bien que nous ayons une toute petite salle de cinéma avec une projection d’un seul soir par deux semaines, le plus beau des spectacles, j’y assistais encore aujourd’hui, dans mon hamac (sans file d’attente).

 

par Toutarmonie

Coule la vie…

Hier, c’était la journée parfaite pour une randonnée raquettes en forêt. Il ne faisait que -14 C et le ciel était d’un magnifique bleu. Seule en forêt, je savourais cette connexion avec la nature. La seule ombre au tableau était le  » crunch crunch  » intense que faisaient mes raquettes sur la neige folle recouvrant une croûte de glace créée par les trop nombreuses pluies des dernières semaines. Personne n’était passé sur le sentier depuis un bout de temps, en raison justement d’une météo peu favorable à la raquette. Avec le son indiscret que faisaient chacun de mes pas, je savais que je n’aurais pas la chance de rencontrer de chevreuil ou autre animal. Une des choses que j’apprécie de l’hiver, c’est qu’il est possible d’identifier facilement les activités des habitants de la forêt grâce aux traces laissées sur la neige. J’adore cela! J’essaie de les reconnaître, mais cela n’est pas toujours facile.

La nature est époustouflante de beauté.

arbres_geles

L’avantage lorsqu’il ne fait pas trop froid, c’est qu’on peut s’arrêter à volonté afin d’apprécier le calme et la vue. Ressentir et sentir. Ma vie prend tout son sens en nature. C’est d’ailleurs pour cela que j’y vis depuis bientôt deux ans. Je me sens encore extra-terrestre, mais ici, j’ai moins l’impression d’être sur la mauvaise planète. En vérité, ce n’est pas la planète qui m’est étrangère, mais ce qu’on en fait, ce qu’on lui fait subir. Je pense que les dirigeants d’entreprises ordonnant des massacres à la terre, à l’eau, à la forêt ne pourraient prendre de telles décisions, si au lieu de travailler dans des tours bétonnées, ils vivaient en nature.

À ce propos, un ami d’outremer célébrait hier son anniversaire et il me disait qu’il s’ennuie de sa planète d’extra-terrestre, parce qu’ici, il s’emmerde comme le font bien des gens qui ne se reconnaissent pas dans tout ce qui se passe mondialement. Des horreurs, il y en a plus qu’on ne peut l’imaginer, c’est évident, mais nous avons aussi le choix de vivre autrement et de cesser de nous alimenter de ce qui nous donne envie de changer de planète, justement. Nous sommes venus au monde pour vivre une grande expérience, alors nous devons faire de celle-ci un souvenir mémorable. Évidemment, cela passe souvent par une redéfinition de nos choix, mais qui a dit que nous ne pouvions pas changer?

Ce n’est toutefois pas silencieux en forêt, car la rivière sait se faire remarquer. Malgré le froid, malgré la glace, elle suit son cours. Les saisons en font une oeuvre d’art en constant changement. Je ne me lasse pas de m’en émerveiller. Elle est source de vie, de notre vie d’ailleurs!

Je vous ai fait une petite vidéo pour vous partager cette splendeur hivernale. Vous remarquerez à la toute fin du visionnement la présence de celui que je nomme mon grand sage. C’est un arbre. Je crois que c’est un chêne, bien que je ne sois pas particulièrement connaissance en identification d’arbres. (On me dit que ce serait un pin.) Il est immense, immuable et très haut. Il faut être trois pour en faire le tour en étirant les bras. À chacune de mes balades en forêt, je vais l’entourer de mes bras et lui parler. Quand je suis arrivée à lui hier, j’ai vu des traces fraîches dans la neige venant de l’autre côté et celles-ci bifurquaient du sentier pour aller… sur l’arbre pour le câliner très probablement! Vous voyez bien qu’il existe d’autres extra-terrestres sur cette terre! Il suffit d’aller là où il y a de la vie… de la vraie vie.

Fichier 18-02-04 3 21 18 p.m.

Toutarmonie

Mon cadeau de fin d’année pour vous

Je sais, nous ne sommes qu’en novembre… mais je ne peux tout simplement pas attendre avant de partager avec vous ce film en 3 parties. « Human » de Yann Arthus-Bertrand. Cet homme extraordinaire de 69 ans a mis 3 ans à filmer 2000 femmes et hommes, dans 60 pays parce qu’il trouvait que l’humanité n’avançait pas. Près de 4 heures de visionnement, mais je vous garantie que vous ne verrez pas passer le temps. Cela vous apportera un peu d’humanité alors que les nouvelles nous crachent de nouvelles horreurs chaque jour. Il est tellement facile d’en venir à ne plus croire en cette humanité…

Des témoignages qui sont tous de véritables bijoux. Un film touchant, attendrissant, dur aussi parfois, un regard sur notre monde, sur ceux qui l’habitent… un film qui ne manquera pas de vous faire réfléchir. Osez prendre le temps…

Les gens parlent dans leur langue d’origine, mais le texte français accompagne le film.

Toutarmonie

Les animaux nous reconnectent à l’essentiel

Hier, au lieu d’aller dans un café quelconque pour discuter avec un ami, nous sommes allés au café Chat L’Heureux. C’est un café où des chats se promènent en liberté. Ils viennent se faire caresser, ils jouent avec les clients…

Mon ami, avec qui je discutais affaires a coupé la discussion pour me faire remarquer que grâce aux chats, tout le monde semblait heureux. Tout le monde souriait et grâce à la présence si authentique des félins, les gens semblaient unis même s’ils ne se connaissaient pas.

Les animaux nous reconnectent à l’essentiel. Ils nous rendent plus humains, vous ne trouvez pas?

Ce mignon petit film d’animation de Dreamworks, mettant en scène un homme et un oiseau, en témoigne.

Lien vers le site web du café Chat l’Heureux

Toutarmonie

Un homme peut faire une différence; Fred Pellerin excelle dans cet art

fredpellerin

À la fin avril, j’ai assisté pour la première fois en direct à un spectacle de Fred Pellerin; « de peigne et de misère ». Auparavant, je l’avais déjà entendu à la télévision, sur DVD, et sur CD. Je le trouvais déjà extraordinaire.

Il était là, seul sur la scène. Une présence déconcertante. Il jouait parfois de la musique à bouche en même temps que de la guitare, il chantait aussi et il « percussionnait » de ses pieds… Il nous racontait… il nous captivait… il nous transportait… il nous faisait rire à en avoir mal aux joues à force de… et au fil des mots se tricotait une histoire d’une grande profondeur. On en saisissait toute l’ampleur à sa conclusion.

Seul sur scène, il nous parle comme s’il n’y avait que vous et lui. Il rayonne la simplicité, l’authenticité, et même lorsqu’il invente des mots ou des expressions, c’est d’une poésie troublante! Une explosion de vie et de bonheur!

J’étais émue tout au long du spectacle. Les larmes qui coulaient n’en étaient pas de tristesse. J’étais tout simplement ému devant tant d’authenticité, tant de vie, tant de beauté du langage, le tout étant accompagné de sa formidable énergie. Il a raconté ses histoires un nombre incalculable de fois, pourtant là devant vous, il a la candeur et l’intensité de celui qui vous le partage pour la première fois. Lorsqu’il rit, il est touchant comme un enfant.

Il nous a parlé d’un peuple qui se tient debout, il nous parlait de différence… il nous parlait de choix, des absurdités de nos sociétés mais d’une manière tellement douce, tellement poétique, qu’on ne le voit pas venir. Jamais avant lui je n’ai entendu d’élocution sur l’indépendance d’un pays (sans vraiment l’aborder directement) qui ait autant de force, d’impact et de signification.

Je l’écouterais toute la journée tant il est rafraîchissant! Pas étonnant que ses spectacles sont complets plus d’un an avant les représentations!

Un grand homme que ce Fred Pellerin. C’est une grande richesse que d’avoir un tel Homme au Québec et sur la planète. En le voyant, on comprend qu’un seul homme peut transformer le monde… ouvrir les esprits… et rassembler les gens.

J’ai trouvé ici un extrait de ce spectacle qui a évolué depuis 2012…

Toutarmonie

Départ de l’artiste Frédéric Back

Aujourd’hui est décédé l’artiste Frédéric Back à l’âge de 89 ans. Il était non seulement un grand artiste en arts visuels, mais il possédait également une conscience écologique qu’il partageait au travers de ses œuvres. Un homme qui avait à cœur d’ouvrir les consciences et de servir la beauté et la vie. Un végétarien… 🙂

Un grand homme qui a su faire une différence dans la vie de plusieurs personnes.

Bon voyage à lui dans ce pays créatif qu’est le monde parallèle!

En hommage à cet, voici l’Homme qui plantait des arbres de Frédéric Back.

Site web de l’artiste: www.fredericback.com