Pour remplacer écologiquement le duvet

Un follicule d'asclépiade à maturite
Les follicules sont à maturité et prêts à être récoltés. La récolte doit se faire avant que la « perruche » craque et que les fibres apparaissent.   Photo : Radio-Canada/Jean-Michel Leprince
Publicités

Plus de sacs et de bouteilles en plastique à Montréal

interdiction-sacs-plastique-europe

Youppi!!! Les sacs de plastique seront interdits à partir de janvier 2018. C’est loin, mais déjà plusieurs commerces ont commencé, janvier 2018 étant la date limite. Prochaine étape annoncée… le bannissement des bouteilles d’eau en plastique à usage unique.

bouteilles-eauReportage vidéo de Radio-Canada ici.

Nouvelle au Journal La Presse ici.

Voici le communiqué de Presse du maire de Montréal:

Montréal, le 22 février 2016 – Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, et le responsable du développement durable, de l’environnement, des grands parcs et des espaces verts au comité exécutif, M. Réal Ménard, ont annoncé le bannissement des sacs d’emplettes en plastique léger à Montréal à compter du 1er janvier 2018.

« Nous posons un geste fort aujourd’hui en annonçant ce choix réfléchi que fait Montréal de bannir les sacs de plastique légers dans les commerces de détail. La Commission sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs a pris soin de bien analyser les différents impacts et les enjeux environnementaux, économiques et sociaux. Avec cette interdiction ciblée qui laisse une période d’ajustement jusqu’au 31 décembre 2017, nous nous assurons de prendre les bons moyens pour le développement durable et la qualité de vie des Montréalais par une réduction à la source. Nous encourageons ainsi l’utilisation des sacs réutilisables ou plus résistants, un geste déjà posé par de nombreux Montréalais. D’ailleurs, la Ville de Montréal encouragera en parallèle plusieurs autres initiatives visant la consommation responsable, comme la réduction de la consommation des bouteilles d’eau en plastique, mais également le développement d’une filière de conception et de fabrication de sacs réutilisables au Québec », a déclaré le maire de Montréal, M. Denis Coderre.

Un bannissement qui comporte certaines exceptions

« Avec le nouveau règlement à être finalisé prochainement, la Ville vise le bannissement d’un certain type de sacs, soit ceux utilisés pour faire des emplettes et qui sont distribués ou vendus dans les commerces de détail. Il s’agit plus précisément des sacs légers (de moins de 50 microns) et des sacs de type oxo-dégradables, oxo-fragmentables, oxo-biodégradables et biodégradables. Je tiens à rappeler que ces sacs, a priori inoffensifs, ont des impacts importants au niveau de l’enfouissement tout comme sur nos écosystèmes vu leur volatilité, leur façon de se décomposer et le temps que ça prend pour une telle décomposition » a ajouté M. Ménard.

Notons que malgré ce nouveau règlement, certains sacs, pour des raisons d’hygiène, par exemple les sacs minces pour les fruits et légumes ou pour les médicaments, ne sont pas ciblés.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a également mis en place un comité de suivi qui travaillera à l’harmonisation de l’interdiction de l’utilisation des sacs d’emplettes en plastique à usage unique sur le territoire métropolitain et, au Québec, en collaboration avec l’Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités. « Nous espérons que d’autres villes emboîteront le pas afin que l’interdiction de ces sacs se fasse à l’échelle du Québec » a déclaré M. Coderre.

D’ici la mise en vigueur du règlement, le 1er janvier 2018, la Ville de Montréal ira de l’avant avec des activités sensibilisation afin d’informer les citoyens, les commerçants et l’industrie du plastique des modalités du nouveau règlement et des solutions de rechange aux sacs d’emplettes en plastique léger.

« Nous savons que le Québec, notamment Montréal, a déjà eu un bon chemin de parcouru avec le Code volontaire des bonnes pratiques, mis en œuvre en 2008 et qui a mené à une réduction de 52% de l’utilisation des sacs de plastique. Je compte une fois de plus sur l’implication et la participation des citoyens, des commerçants et de l’industrie pour passer à une prochaine étape et assurer le succès de ce changement, faisant de Montréal une ville écoresponsable pour le bien de l’ensemble des Montréalais, de notre milieu de vie tout comme des générations à venir », a ajouté M. Coderre.

La Ville de Montréal a également annoncé l’année dernière son adhésion au National Zero Waste Council (NZWC), une organisation canadienne qui regroupe des particuliers, des organismes gouvernementaux, des entreprises, des industries et le secteur communautaire qui prônent l’atteinte du « zéro déchet ».

Ce point de presse est disponible à partir de la chaîne YouTube du maire de Montréal, M. Denis Coderre, à l’adresse suivante : http://bit.ly/1LekA8U

Toutarmonie

En quête de sens (le film) est arrivé au Québec

film-doc

Voilà! Si vous vivez en Europe, peut-être l’avez-vous déjà vu, mais au Québec, le documentaire vient tout juste d’arriver. Je ne l’ai pas encore vu pour la très bonne raison que je viens de le découvrir via une vidéo publiée par un ami sur Facebook. Soyez assurés que dans les prochains jours, j’irai le visionner et je vous en parlerai. Chose certaine, il n’y a jamais trop de ce genre de films… Je vous invite à faire circuler l’information!

Voici ce que les auteurs disent au sujet de leur film:

Pourquoi ce film ?

« En quête de sens » est un projet documentaire qui est né d’un constat partagé par un nombre croissant de citoyens : notre société occidentale est malade, prisonnière d’une logique qui engendre plus de destructions, d’injustices et de frustrations que d’équilibre et de bien être. L’impératif de rentabilité économique à court terme prend aujourd’hui le pas sur l’intérêt général en dépit du bon sens. La logique prédatrice qui s’impose comme la norme, assombrit notre avenir commun.

Pour sortir de cette impasse ce n’est pas de plus de savoir, de plus de technologie, ou de croissance dont les hommes ont besoin, mais de plus de recul, de bon sens, en un mot : de plus de sagesse.

Le point de départ

Quand Nathanaël retrouve Marc à New York, les deux amis ne se sont pas vus depuis 10 ans et leurs trajectoires les ont éloignés : Nathanaël vient de finir un film environnemental en Inde, Marc, lui, exporte de l’eau en bouteille pour une multinationale…

Mais un accident vient interrompre son « rêve américain ». Cloué au lit, il se résout à visionner une série de documentaires laissés par Nathanaël sur la “marchandisation du monde”. Dès lors, sa conscience ne le laissera plus tranquille. Oubliant ses plans de carrière, Marc rejoint Nathanaël en Inde où ils commencent une épopée improvisée.

La quête

Equipés d’une petite caméra et d’un micro, ils cherchent à comprendre ce qui a conduit aux crises actuelles et d’où pourrait venir le changement. De l’Inde au Guatemala en passant par San Francisco et l’Ardèche, c’est toute leur vision du monde qui va être ébranlée…

Tissé autour de rencontres authentiques, de doutes et de joies, leur voyage est une invitation à reconsidérer notre rapport à la nature, au bonheur et au sens de la vie. 87 minutes pour reprendre confiance dans notre capacité à porter le changement en nous-même, et dans la société.

Bande-annonce du film

Site web « en quête de sens »

Consulter l’horaire du cinéma Beaubien si vous habitez à Montréal.

Toutarmonie

En ce 29 décembre 2015…

FullSizeRenderCe soir, je viens partager avec vous une petite vidéo que j’ai fait pour vous ce midi à Montréal durant la tempête de neige. Nous en avons finalement reçu environ 40 cm. Dire qu’il y a quelques jours, le 24 décembre, il faisait ici un exceptionnel 17 degrés Celcius!

Vive l’adaptation au changement!

Je vous préviens, la qualité technique de la vidéo laisse un peu à désirer, en ce sens que je marche avec mon téléphone, il faisaitt froid sans mes gants, j’avais le nez qui coulait, le micro était très proche de ma bouche à l’intérieur de mon capuchon pour ne pas se faire mouiller, il ventait, il y avait beaucoup de neige et je traînais de lourdes bottes dignes du grand Nord! 😉

J’avais juste envie d’humaniser mon message, car je trouve que les échanges plus directs manquent de plus en plus dans ce monde.

Bonne fin d’année 2015!

À bientôt,

Version écologique du BOXING DAY

À l’heure où tous les magasins ouvrent (13 hrs) en ce lendemain de Noël et que les gens se bousculent pour profiter des rabais du BOXING DAY, voici à quoi ressemble notre boxing day…

Grosses économies en perspective dans un environnement zen et ensoleillé.

Bon samedi!

IMG_5949

 

IMG_5941 IMG_5944 IMG_5947 IMG_5955Et le plus chouette, c’est que ça peut être boxing day tous les jours!

Toutarmonie

Un homme peut faire une différence; Fred Pellerin excelle dans cet art

fredpellerin

À la fin avril, j’ai assisté pour la première fois en direct à un spectacle de Fred Pellerin; « de peigne et de misère ». Auparavant, je l’avais déjà entendu à la télévision, sur DVD, et sur CD. Je le trouvais déjà extraordinaire.

Il était là, seul sur la scène. Une présence déconcertante. Il jouait parfois de la musique à bouche en même temps que de la guitare, il chantait aussi et il « percussionnait » de ses pieds… Il nous racontait… il nous captivait… il nous transportait… il nous faisait rire à en avoir mal aux joues à force de… et au fil des mots se tricotait une histoire d’une grande profondeur. On en saisissait toute l’ampleur à sa conclusion.

Seul sur scène, il nous parle comme s’il n’y avait que vous et lui. Il rayonne la simplicité, l’authenticité, et même lorsqu’il invente des mots ou des expressions, c’est d’une poésie troublante! Une explosion de vie et de bonheur!

J’étais émue tout au long du spectacle. Les larmes qui coulaient n’en étaient pas de tristesse. J’étais tout simplement ému devant tant d’authenticité, tant de vie, tant de beauté du langage, le tout étant accompagné de sa formidable énergie. Il a raconté ses histoires un nombre incalculable de fois, pourtant là devant vous, il a la candeur et l’intensité de celui qui vous le partage pour la première fois. Lorsque qu’il rit, il est touchant comme un enfant.

Il nous a parlé de peuple qui se tient debout, il nous parlait de différence… il nous parlait de choix, des absurdités de nos sociétés mais d’une manière tellement douce, tellement poétique, qu’on ne le voit pas venir. Jamais avant lui je n’ai entendu d’élocution sur l’indépendance d’un pays (sans vraiment l’aborder directement) qui ait autant de force, d’impact et de signification.

Je l’écouterais toute la journée tant il est rafraîchissant! Pas étonnant que ses spectacles sont complets plus d’un an avant les représentations!

Un grand homme que ce Fred Pellerin. C’est une grande richesse que d’avoir un tel Homme au Québec et sur la planète. En le voyant, on comprend qu’un seul homme peut transformer le monde… ouvrir les esprits… et rassembler les gens.

J’ai trouvé ici un extrait de ce spectacle qui a évolué depuis 2012…

Toutarmonie

Départ de l’artiste Frédéric Back

Aujourd’hui est décédé l’artiste Frédéric Back à l’âge de 89 ans. Il était non seulement un grand artiste en arts visuels, mais il possédait également une conscience écologique qu’il partageait au travers de ses œuvres. Un homme qui avait à cœur d’ouvrir les consciences et de servir la beauté et la vie. Un végétarien… 🙂

Un grand homme qui a su faire une différence dans la vie de plusieurs personnes.

Bon voyage à lui dans ce pays créatif qu’est le monde parallèle!

En hommage à cet, voici l’Homme qui plantait des arbres de Frédéric Back.

Site web de l’artiste: www.fredericback.com

En symbiose avec la nature

rivière St-CharlesJe partage avec vous ma découverte du jour en pleine nature. Un parcours zen de 20 km le long de la rivière Saint-Charles au nord de la ville de Québec où les canards viennent nous saluer en caressant pratiquement notre embarcation, comme sur cette photo. C’était tellement zen! Un petit castor a nagé devant moi à un moment donné… Un endroit formidable pour pagayer dans un environnement paisible et ressourçant, pour ne pas dire enchanteur, que ce soit en kayak de mer ou en canot.

Il est possible de louer ces embarcations chez Canots Légaré, situé au bord de la rivière à la hauteur de Val Cartier. Cette entreprise familiale en est à sa 5e génération… ! Vous serez reçus avec des sourires et beaucoup de professionnalisme.

Et si pagayer n’est pas dans vos cordes, mais que vous aimez les randonnées, vous serez ravis de suivre le parcours du parc linéaire de la rivière Saint-Charles.

Voici des photos que j’ai trouvé de l’endroit sur le web.

ckayakqcToutarmonie

Partage en ce week-end de la fête nationale des québécois

fnLe long week-end de la Saint-Jean-Baptiste se prépare au Québec. Festivités, concerts à la belle étoile tout le week-end dans différentes municipalités, défilés, feux d’artifices (je sais, ça pollue beaucoup trop! Soupir!) les balcons et les gens qui se parent fièrement du drapeau bleu et blanc. Cette année, s’il est un spectacle que j’irai voir (si dame nature est de notre bord) ce sera celui du groupe « Mes Aïeux » car non seulement ils ont su retransmettre de belles valeurs au travers de leurs chansons, ils se sont également inspirés de notre musique folklorique traditionnelle, et d’en faire une version moderne et attachante. Avec un peu de chance, j’arriverai à convaincre mon amoureux de me laisser faire une petite fresque colorée ayant pour thème la Saint-Jean sur son coco rasé et je partagerai le résultat avec vous après le week-end! 😉

Les voici donc avec une pièce de leur plus récent album, les oies sauvage.

Bonne Saint-Jean à tous les québécois, et amoureux de ce coin particulier du monde!

(Pour ceux que ça intéresse, Mes Aïeux sera à Repentigny le 24 juin à l’île Lebel, 20 h 45.)

En Toutarmonie!

Bon Matin!

C’est rigolo de commencer ce texte avec du sable, étant donné qu’ici (au Québec), il y a de la neige partout et que pratiquement chaque jour en amène de la nouvelle! C’est lumineux la neige, vous savez! Très éblouissant lors d’une journée ensoleillée comme aujourd’hui (dimanche). Mais le sable, la neige, le soleil, c’est d’abord dans la tête et le cœur qu’ils se situent.

Vous et moi, nous nous retrouvons une fois encore à la fin d’une année. Oh! Quelle année de changements! Année de questionnements pour beaucoup de gens avec toutes ces prédictions de fin du monde et ces bouleversements terrestres. Je crois personnellement que nous devrions tous vivre nos vies comme si la fin du monde approchait, en ce sens qu’elle nous force à diriger notre attention sur ce qui compte réellement.

Je n’ai jamais cru à une fin du monde, mais je vois chaque jour que le monde tel que nous le connaissions change rapidement et radicalement, et si nous voulons être capable de suivre le mouvement, nous devons apprendre à nous adapter et à changer nous aussi. À faire de la place, à faire du ménage dans nos vies et à être déjà ce changement que nous souhaitons tous.

Ne célébrant pas Noël, je passe ce temps précieux avec moi-même à faire le point, à faire le bilan de l’année qui s’achève, à devenir observatrice de ma vie en combinant le tout avec ce qui monte en moi. Un manière personnelle de changer d’angle pour mieux m’accorder avec la nouvelle année qui débutera très bientôt.

Elle fut comment, votre année à vous? En êtes-vous fiers? Avez-vous l’impression d’avoir accompli quelque chose? … dépassé une étape? … appris des choses? Avez-vous accepté ces épreuves qui se sont présentées dans votre année? Avez-vous pris le temps de vous féliciter pour vos réussites personnelles? Vous êtes-vous pardonnés vos moins bons coups? Avez-vous apprécié ceux qui vous entourent pour ce qu’ils étaient? Avez-vous partagé cette différence qui est vôtre?

p artage
photo: Dérick Tremblay http://www.dericktremblay.com

Je sais qu’il est beaucoup plus facile pour nous, humains, de focaliser notre attention sur ce qui fut plus désagréable, comme la douleur, que de prendre un temps de recul pour apprécier le cadeau qui se cachait dans ces épreuves, car il y en a toujours, si on se donne la peine de reculer notre nez de l’assiette. C’est de ces défis de la vie dont s’alimente notre coffre d’outils personnel, vous savez, ce coffre qui sera l’unique chose à vous accompagner après ce voyage terrestre?

Certaines années sont plus lourdes que d’autres à passer dans le colimateur à minuit le 31 décembre. Je le sais car les deux derniers « bye bye » qui précèdent le Nouvel An étaient de ce type-là. Mais cette année est fort différente… Je me sens légère et rayonnante! Non pas que je n’ai pas vécu de gros changements aussi, mais ces changements « non planifiés » furent une bénédiction en fin de compte. J’ai vécu un très gros déménagement qui, même s’il fut très demandant physiquement et accaparant en temps, m’a permis de faire du ménage concrètement dans mes affaires, ce qui amène toujours également une sorte de ménage intérieur généralement très positif. J’aime mon nouvel environnement. Il y a plein de soleil dans ma vie! En parallèle, j’ai balayé tous les fantômes de ma vie, bouclé les boucles et fait de la place pour du nouveau, prête à savourer l’ici et maintenant totalement.

bonheur

2010 et 2011 furent des années éprouvantes pour moi au point où mes cheveux se sont mis à blanchir par manque de soleil intérieur, et au cours de 2012, je me suis regardée dans la glace et je me suis demandé ce qui avait changé en moi pour que je ne me reconnaisse plus! Ce n’était pas une sensation agréable, je vous l’assure! Ça se situait dans les yeux (tout passe par les yeux)… et cela m’a accaparée un bon bout de temps, jusqu’à ce qu’un jour, le 8 août plus précisément, tout s’est mis en place dans un élan d’écriture intense! Sans entrer dans le détail, j’ai compris que les épreuves et les gens qui m’avaient croisés durant cette période avaient eu pour effet de changer mon propre regard sur moi-même… et tout part de là! J’avais perdu cette conviction que ma vie est « magique » et magnifique! Ça faisait plus de 40 ans qu’elle l’était… comment cela avait-il pu changer en deux ans? Si vous avez lu LE SECRET, vous devriez comprendre… car tout ce que nous vivons a pour départ notre vision des choses. Alors, si j’avais laissé les autres changer ce regard « magique », je me devais de le retrouver. Quoi de mieux pour le retrouver que d’écrire pour faire le point!

Tout fut clair! Tout était là sous mes yeux! Et à partir de ce jour-là, tout a changé! Et quand je dis TOUT, ce TOUT se situe à l’intérieur! Et c’est là que se situe le bonheur tant convoité. Un ami australien me demandait récemment s’il existait un mot en français pour décrire le fait d’apprécier l’ici et maintenant… et je lui ai répondu que c’était BONHEUR! Ça semble simple, et ça l’est en fait, le bonheur étant un choix que l’on fait, ici et maintenant, d’apprécier la vie!

recueillement

Une grande parenthèse, finalement, pour vous dire que quoiqu’il arrive sur Terre et dans vos vies, je vous souhaite en 2013 d’apprivoiser le bonheur au point de ne plus pouvoir vous en passer. Et souvenez-vous que pour avoir des vies « magiques », il faut commencer par cultiver le fantastique dans vos cœurs… et par l’exprimer de toutes les manières possibles… quoiqu’il arrive!

Je pense que 2013 amènera son lot de catastrophes de tout genre… la Terre est en ébullition (volcan, séismes). Nous avons le choix de craindre ces changements ou de croire avec conviction que nous serons là où nous devons être, au moment où nous y sommes. Le cancer gagne du terrain, on ne sait plus quoi manger tant la nourriture fut transformée et polluée… mais, au lieu de ne voir que ce côté sombre, regardons comment nous pouvons, chacun à notre manière, améliorer la qualité de ce que nous utilisons pour nourrir cet indispensable véhicule qu’est notre corps. Prenons un temps d’arrêt pour faire des choix, plutôt que de nous laisser influencer par les publicités et les habitudes.

Moi, je choisis la vie, le rire, la douce folie, la différence et le bonheur… et vous?

Bonne année 2013 à vous tous!

Toutarmonie