Wake up call

– Bonjour, je suis bien à la réception de l’hôtel? J’aimerais un « wake up call » pour demain matin à sept heures, s’il vous plaît.

– Avec plaisir, madame. Puis-je faire autre chose pour vous?

Tout le monde connaît ce genre de « wake up call ». On le demande, on s’y attend et on le reçoit. Puis il y a ceux qu’on n’attend pas, qu’on n’imagine même pas parfois. C’est ce que Greta Thunberg fait; réveiller les gens, les sortir de leur zone de confort, leur démontrer que si une jeune de 16 ans peut, à elle seule faire une différence, tous ensemble nous le pouvons aussi, en nous tenant debout et en exigeant des changements de nos gouvernements et leaders.

Un demi millions de manifestants étaient présents lors de la marche pour le climat. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1318625/forte-mobilisation-greve-mondiale-climat-greta-thunberg

Une marée humaine a déferlé à Montréal afin d’exprimer son raz-le-bol que rien ne change pour réduire les dommages causés à notre planète.

J’admire le courage de cette jeune! Quand j’entends des gens la critiquer, cela me choque profondément, tout comme cela blesse tous ces jeunes qui voient en elle un espoir. Qu’il y ait des gens ou pas derrière elle, qu’elle soit différente, on s’en fout. Elle réussit à faire bouger les gens, à les amener à se poser des questions et à mobiliser les jeunes afin qu’ils prennent en main leur futur incertain. D’autres disent que cela ne donne rien. Je ne suis pas d’accord du tout. Ces marches et grèves pour le climat sont des « wake up call » ayant pour but de dire haut et fort que nous exigeons que ça change. Vous aurez beau faire pousser vos légumes biologiquement, si les voisins aspergent les leurs de pesticides, cela viendra quand même contaminer vos récoltes. Donc malgré tous les gestes que des millions de gens font pour changer leurs habitudes, pour réduire leur impact sur la planète, si en parallèle, les gouvernements continuent d’investir dans ce qui a mené à notre perte climatiquement parlant, cela sera vain.

Et vous avez tous ceux qui prétendent que cela est exagéré. Je dirais à ceux-ci que le moment est venu d’ouvrir leurs yeux. C’est d’une telle évidence! Non seulement nous sommes beaucoup trop nombreux sur cette planète, mais en plus, nous l’avons tellement maltraitée que nous ne savons plus par quel bout la soigner! Que faut-il pour que les gens se réveillent? Découvrir des sacs de plastique dans leurs poissons? On le sait, pour la majorité des humains, tant que leur confort et leurs habitudes ne sont pas menacés directement, cela n’existe pas. Et comme si cela n’était pas déjà suffisant, nos gouvernements continuent de parler de croissance et investissent auprès des pollueurs.

Cela me rappelle un exemple lu, je crois, dans un livre de Cyril Dion ou de Pierre Rabhi. Imaginez un grand étang dans lequel il y aurait un nénuphar. Imaginez que ce nénuphar se multiplie chaque jour et que je vous dis que ça prendra 30 jours avant que l’étang soit entièrement recouvert. Quand aurons-nous atteint le point de non-retour?

Wikipédia: Un point de nonretour est dans un continuum spatiotemporel un lieu et/ou moment (un seuil) à partir duquel un évènement ou une action en cours ne peut plus être arrêté, ou à partir duquel il devient impossible de revenir sur une décision.

Au jour 29, car alors l’étang sera couvert à moitié et donc dès le lendemain, il aura doublé et couvrira toute la superficie. Tout cela pour dire que je ne trouve pas surprenant qu’on nous annonce cette semaine que les pôles fondent beaucoup plus vite que prévu. Les scientifiques le savent et même s’ils le disent, l’écrivent et insistent, les gens continuent comme si de rien n’était.

Une petite croisière (polluante) avec ça?

Quoi faire dites-vous? S’y préparer!!! On doit incarner le changement, dès maintenant. Ne pas attendre que tout se mette à sauter en même temps. On peut se demander aussi en quoi notre boulet actuel sera pertinent dans ce monde de demain. S’il ne l’est pas, on peut réfléchir à ce que nous pourrions faire pour changer cela. Se préparer veut dire œuvrer ici et maintenant au changement, mais aussi cela veut dire que vous ne serez pas en état de choc, car vous aurez vu venir et vous serez davantage prêts.

Quand j’étais enfant, mes parents fumaient 2 paquets de cigarettes par jour chacun, à la maison ET dans l’auto. Cela me donnait la nausée. Aujourd’hui, quand je raconte cela à ma fille, elle n’en revient pas! Je cachais les cigarettes de mes parents au congélateur, tellement je trouvais cela agressant et je me faisais gronder pour cela. Aujourd’hui, presque plus personne ne fume et ma mère (comme bien des parents) s’en veut beaucoup de m’avoir imposé cela.

Un jour, nous aurons aussi des comptes à rendre. Que ce soit le voyage dans le Sud, le véhicule tout terrain, le yacht, le 2e véhicule, la mode (changer de vêtements aux 6 mois), l’utilisation du plastique, le gaspillage… la liste serait longue… nous devons repenser nos choix et chacune de nos décisions. Est-ce que cela est facile? Non. Est-ce que ce sera un travail de tous les jours. Absolument, mais nous sommes rendus là.

Toutarmonie

Décroissance, la base

Je vous partage aujourd’hui une vidéo de l’an dernier. En regardant cette vidéo, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’en un an, l’état de la planète s’est vraiment détérioré rapidement. De toute urgence, nous nous devons de bien comprendre l’importance de la décroissance.

Pour cela, nous devons repenser nos façons de faire. Think outside the box, comme le disent les anglais (penser en dehors de la boîte).

Toutarmonie

Notre corps est une planète

J’ai commencé depuis peu un cours en ligne de 300 heures d’anatomie et physiologie humaines en complément de mes études d’herboristerie. Quand j’ai reçu mon livre, j’étais un peu impressionnée par sa taille et la quantité d’informations qui s’y trouvait. En le feuilletant, je devenais de plus en plus fébrile à l’idée d’enrichir mes connaissances sur ce sujet important. À moins de travailler dans le domaine médical, nous connaissons très peu de choses sur notre propre corps et son fonctionnement. Peut-être le respecterions-nous davantage si nous en connaissions tous les rouages! Nous protégeons les chiens et les chats, mais nous maltraitons nos formes!

Le corps humain et son fonctionnement sont hallucinants! Chaque organe a un rôle a jouer, mais également chaque partie, chaque cellule, travaillent avec le reste de notre formidable véhicule. Par exemple, nous avons des thermomètres intégrés et si la température de notre corps s’élève, un mécanisme se déclenche afin de rétablir l’équilibre. Si vous vous coupez un doigt, votre corps constate qu’il y a rupture d’un vaisseau sanguin. Il enclenche un processus de réparation pour colmater la fuite. Il se formera une agglutination de plaquettes et de substances chimiques jusqu’à ce que cela crée un bouchon (une gale!) qui empêchera la fuite du sang. Tout est réglé au quart de tour afin que règne l’équilibre; l’homéostasie. Cet équilibre est tel qu’il est considéré que la plupart des maladies sont causées par un déséquilibre homéostatique. Nous savons tous que si le système digestif ne fonctionne pas bien ou que si le système respiratoire ne va pas bien, il aura un impact sur tous les autres systèmes. Je ne veux pas vous donner un cours d’anatomie ici, mais l’interrelation entre chaque constituant n’est pas sans rappeler la planète et ses êtres vivants. Éliminez les abeilles et c’est la cata! Elles sont responsables de 70% de la pollinisation, laquelle est essentielle pour les cultures.

Dans le parc Yellowstone aux États-Unis, l’extinction du loup a perturbé l’équilibre naturel pendant 70 ans. La réintroduction de 14 loups a complètement modifié l’écosystème jusqu’à modifier la rivière et le panorama! Si vous avez quelques minutes, je vous invite à visionner la première vidéo sous-titrée (mauvaise traduction). Si vous avez une heure, je vous encourage à visionner la 2e vidéo en français.

Mauvais sous-titrage français.

Imaginez si d’éliminer les loups peut déséquilibrer un écosystème et même le panorama, ce que les pesticides peuvent créer comme déséquilibres. Nous humains avons tendance à oublier les multiples interrelations entre tout. L’impact d’un barrage. L’impact de ramener une tortue de Floride, laquelle est porteuse d’une maladie. L’impact de nourrir les oiseaux migrateurs à l’automne, lesquels partent généralement quand il n’y a plus rien à manger.

Le plus impressionnant dans tout cela et c’est ce que je retiens de plus important. Tout le fonctionnement complexe de notre corps s’opère TOUT SEUL, sans que vous n’ayons à nous en occuper. Notre corps y arrive même quand nous le nourrissons mal, trop ou pas assez, pendant un certain temps. Il travaille sans relâche, mais sans que nous ayons à lui dire quoi faire. Il est clair que si nous connaissions tous ses défis, nous en prendrions plus soin, mais pourquoi en serait-il autrement de la nature et de notre planète?

Comme l’humain veut tout contrôler et tout détruire, il se voit aux prises avec des problèmes engendrés par ses actions. Un problème en entraînant un autre et ainsi de suite jusqu’à ce que nous ne sachions plus comment rétablir cet équilibre qui était pourtant naturel. Ne vous occupez pas de votre pelouse pendant un certain temps et vous verrez la nature reprendre ses droits. Des plantes médicinales pousseront sous vos yeux sans que vous ne les ayez plantées! N’est-ce pas formidable et magique?

Nous avons ici et maintenant la possibilité de repenser nos choix de vie, de réfléchir à nos besoins véritables et de nous poser quelques instants afin de regarder cette nature avec un regard nouveau.

Si nous arrivons à vivre nos quotidiens sans même penser au travail constant de tout ce qui compose notre forme humaine (nos cellules, nos organes, nos systèmes, aux échanges de minéraux, vitamines, nutriments, etc.) peut-on comprendre que nous n’arriverons JAMAIS à modifier de manière importante la nature sans affecter tout plein d’autres choses.

Quand je regarde tout ce qui se passe à l’échelle planétaire, je ne peux m’empêcher de penser que la planète tente d’enrayer un de ces plus gros problème; nous. Si on découvre une personne qui vient de se faire agresser, on ne continue pas de l’agresser. On tente de la protéger, de la soigner, de l’aimer encore plus pour apaiser ses souffrances. Ne serait-il pas temps d’en faire autant avec notre planète?

Toutarmonie

Si l’on continue comme ça

Au Québec, la pluie est nettement insuffisante ce dernier mois. J’entends les arbres et toute la végétation agoniser du manque d’eau. Les vinaigriers abondants tout autour de chez moi ont des allures d’automne. Des feuilles jaune vif, rouge, rose et des touffes de feuilles séchées. Justement, au moment où je vous parle, il pleut et cela me réjouit! Cependant ces averses sont souvent de trop courte durée et l’eau ne se rend pas jusque dans le sol. D’ailleurs le temps de vous l’écrire, c’est terminé!

Autres parts dans le monde, il y a des inondations à n’en plus finir et toutes ces perturbations ont de quoi nous faire réfléchir. Le climat affecte toute la planète et menace notre sécurité alimentaire et notre eau potable.

Plus nous nous préparerons à ce qui vient, moins grand sera le choc. Il est bien plus facile de se préparer maintenant que d’être forcé de le faire. « On ne sait plus comment vous le faire comprendre! » nous dit Cyril Dion.

La situation est alarmante. Juste en juillet, on a vu au Groenland 11 milliards de tonnes de glace qui ont fondu en une journée, on a eu un mois de juillet le plus chaud de tous les temps, on voit le permafrost fondre 70 ans plus tôt que ce que les scientifiques imaginaient, on voit que les forêts tropicales commencent à ne plus absorber le CO2, la Sibérie brûle de façon délirante avec la vie sauvage qui va avec, si on continue comme ça, bientôt 500 millions de personnes ne pourront plus vivre là où ils sont. Il faudrait cesser d’utiliser les énergies fossiles (pétrole…). Il faudrait réduire de 50% le nombre de véhicules, manger moins de viande, cultiver localement. On a perdu 60% des populations d’animaux sauvages vertébrés ces 40 dernières années. Les insectes disparaissent 8 fois plus vite.

Nous devons apprivoiser la sobriété. Nos sociétés exigent une croissance constante, acheter plus, vendre plus, bref consommer toujours toujours et encore toujours. Pourtant la situation actuelle exige une décroissance. En résumé, nous devons apprendre à vivre avec moins et devenir de plus en plus autonomes à tous les niveaux localement. J’ajouterais apprendre à être heureux avec peu, ce qui sera sans doute la partie la plus difficile pour une grande majorité.

Je vous laisse écouter cette intéressante entrevue du 8 août avec Cyril Dion à France Inter.

Toutarmonie

Vivement la cohérence!

Je suis en vacances depuis quelques jours et je me plais à savourer chaque minute qui passe. J’observe les lucioles, la pluie qui tombe, mon jardin qui pousse étonnamment vite, j’écoute le chant des oiseaux et mes pensées, tout en laissant monter mon intuition. Les premiers jours, le besoin de changer de rythme dicte mes activités. Coup de fatigue? Pourquoi pas une sieste énergisante, question de recharger ma forme. Puis à vivre les secondes et les minutes, une reconnexion profonde s’installe. Se lever quand ma forme le souhaite, manger lorsque j’ai faim, non pas parce que c’est la pause lunch. Graduellement, la créativité (alimentée par l’intuition) demande à s’exprimer. Quel bonheur!

IMG_2292

En fin de journée, alors qu’un orage se préparait avec de possibles tornades, je réfléchissais à tous ces climats extrêmes. Puis me revint une discussion que j’avais eue le matin avec une blogueuse au sujet de la canicule en France. Je lui parlais de certains champignons qui sécrètent une substance tuant les petits animaux tout autour lorsque l’azote manque. Certains de ces animaux en se décomposant sécrètent de l’azote qu’utilisera ensuite le champignon pour sa survie (à lire dans La vie secrète des arbres). Donc face à la menace de sa mort, certains végétaux s’organisent, alors que d’autres se débarrassent des menaces. De la même manière que nous protégerions nos enfants d’une menace, je crois que la nature tente de se débarrasser de sa plus grande menace; l’Humain. Nous…! La planète, les végétaux, les animaux, l’air, l’eau, les poissons… tous se porteraient mieux sans nous. Exit les parasites! Même quand nous voulons aider, nous trouvons le moyen de foutre le bordel.

J’ai appris récemment que ceux qui nourrissent les colibris en automne en pensant bien faire contribuent à la mort de ceux-ci, car n’ayant pas besoin de chercher à se nourrir, ils ne migrent pas avec les autres et ils se font piéger par le froid et le gel. Ils ne peuvent survivre. Donc en voulant aider, nous pouvons nuire. Est-il si étonnant que notre hôte la Terre tente d’éradiquer la source du problème?

2018-08-10 20.03.58

Quand le mercure grimpe, que les rivières débordent, que les tornades se succèdent, nous accusons Dame Nature, mais est-ce la vraie coupable? Nous représentons une énorme menace. Il est vrai que les essais nucléaires et les entreprises causent plus de dommages que nos émissions polluantes et que tant que les dirigeants politiques et les grosses entreprises ne changeront pas, nos efforts nous sembleront minuscules face à ces horreurs. Cela dit, il est urgent de modifier tout de même nos habitudes. Plus nous le ferons à grande échelle, moins nous serons tolérants face aux grands pollueurs et destructeurs. Je ne parle pas de petits gestes comme d’apporter son sac à l’épicerie, car il me semble que ce genre de geste est évident. Je parle davantage de repenser nos besoins. Je lisais récemment que si nous comprenions le but de nos vies, plus de 90% de ce que nous créons n’aurait aucune raison d’être. Vous pouvez être d’accord ou non avec ce chiffre, mais même si nous remplacions ce 90% par 30%, combien de personnes arriveraient à le faire? Le défi est de taille quand nous voyons encore des courses de Formule 1 dans nos villes! On nous incite à prendre le transport en commun, mais en parallèle, ces mêmes municipalités financent des événements de pollution extrême! Où est la logique dans tout cela? Nous devons exiger de la cohérence de la part de nos dirigeants.

Cet après-midi, je me projetais dans 5, 10 ou 15 ans. Imaginons que le niveau des mers déborde sur nos côtes et inonde de très nombreuses municipalités. Imaginons des virus de plus en plus « virulents ». Imaginons des régions dévastées. Imaginons que la population diminue radicalement. Imaginons que l’eau potable est de plus en plus rare, que les poissons ne peuvent presque plus vivre dans les océans. Imaginons que nous devions nous nourrir qu’avec ce qui pousse dans notre localité. Imaginons que nous avons enfin compris que les OGM et pesticides nous tuent depuis trop longtemps. Je pourrais allonger cette liste, mais imaginons juste cela pour l’instant. En imaginant cela, que changerions-nous aujourd’hui?

Il est temps de nous projeter afin d’effectuer un réel changement.

Je regardais tantôt les photos Facebook d’une amie qui est actuellement à Bora Bora et je n’arrivais pas à taire une voix en moi qui disait qu’avec tout ce que nous savons, nous ne pouvons plus vraiment voyager ainsi pour notre simple plaisir, sans penser aux conséquences. Sans parler que le tourisme transforme tout. J’étais à Bora Bora en 1989, à camper sur le bord du lagon. Aujourd’hui, il y a des maisons sur pilotis partout sur l’île, si bien qu’il y en a même sur les motus. Au nom de l’économie, nous détruisons l’essence même de ce qui nous attirait le plus; la beauté de la nature.

Alors la question que je me posais aujourd’hui, je vous la pose à mon tour. Comment arriverons-nous à comprendre l’urgence de passer à l’action et comment renverser le mouvement de destruction? Comment faire ressentir à cette Terre si précieuse que nous avons compris et que nous nous engageons à changer massivement?

Toutarmonie

Vie d’un pissenlit

Je vous partage ici un mignon petit film d’animation sur la difficile vie d’un pissenlit en région urbaine.

Depuis que je prends de la racine de pissenlits en teinture mère et que j’en savoure ses bienfaits, je m’explique mal que tant de gens les détestent!

Une plante à découvrir!

Par Toutarmonie

Doit-on perpétuer les traditions?

Voici la vue que j’admirais en ce matin du 24 décembre, dans le silence de cette magnifique journée. Depuis près de 15 ans, je ne célèbre pas Noël. C’est un choix. Le mien. Je respecte les autres, mais moi, je me sentais comme un imposteur de perpétuer la tradition de Noël, puisque je ne n’adhérais à aucune religion. De plus, je ne souhaitais plus embarquer dans ce trip de surconsommation qui fait vivre les entreprises. Si Noël est la fête de l’amour, alors cela sera tout au long de l’année, pas un jour particulier parce que la société nous le dicte.

 

J’avais à l’époque une fillette qui commençait l’école. Il m’a alors fallu être très créative pour lui faire accepter de ne pas vivre cette période des Fêtes comme le faisaient ses amis, mais au final, nous célébrions l’amour tout au long de l’année, ce qui a fini par faire l’envie de ses amis!

Encore aujourd’hui, quand les gens apprennent que je ne célèbre pas Noël, on me parle souvent de l’importance de perpétuer les traditions. Lorsque ces traditions respectent nos valeurs, je suis bien d’accord, mais à partir du moment où on s’accroche à des moments passés de notre enfance, sans y raccrocher notre cheminement, je crois qu’il nous revient de créer de nouvelles traditions, de briser ce cercle malsain.

Je me souviens que lorsque j’étais enfant, c’était moi qui décorais le sapin artificiel poussiéreux de toutes ses petites lumières, de ses guirlandes scintillantes et autres décorations faites en Chine. Je mettais de la musique de Noël et je dansais devant le sapin, tout autour de la table du salon pendant des heures. Sous le sapin, s’accumulaient des cadeaux (trop de cadeaux pour les apprécier vraiment), enveloppés de papier aux jolies couleurs, emballages que nous devions déchirer pour nous défouler d’avoir su attendre jusqu’à ce jour particulier. Ensuite, des tables entières de nourritures nous attendaient. Nous répétions cela plusieurs fois, en allant chez la belle-famille, chez les grands-parents et autres soirées du genre. Si bien qu’après quelques jours, les tourtières, ragoûts de pattes de cochon, sandwiches sans croûtes et tartes de toutes les sortes, nous sortaient littéralement par les oreilles! D’ailleurs, les centres de fitness courtisent tout le monde après les fêtes, pour inviter à perdre les kilos gagnés durant ces jours de « festivités ».

J’ai préféré briser ce cycle et offrir à ma fille de nouvelles traditions avec lesquelles nous nous sentons respectées, tout en respectant l’environnement. Je n’arrivais plus à trouver du plaisir à tuer un arbre pour un bref « plaisir ». Je n’arrivais plus à courir les magasins comme une sorte de ruée vers « la bonne idée » cadeau pour les professeurs, les amis, les parents, les enfants. Bien des adultes remettent des listes de ce qu’ils souhaitent recevoir pour ces échanges de cadeaux! Tant qu’à faire une liste, pourquoi ne pas s’offrir à soi un cadeau tout simplement? Tant de gens s’endettent pour payer ces cadeaux souvent inutiles et ces repas gargantuesques! Avouez que durant cette période des Fêtes, nous mangeons beaucoup trop! C’est vraiment exagéré! Combien de gens passent des jours aux fourneaux, stressés, afin de nourrir les troupes? La Guignolée récolte de porte en porte des denrées pour les remettre aux gens moins fortunées à Noël, mais pourquoi aidons-nous les moins fortunés que durant les Fêtes? Si vous aviez de la difficulté à joindre les deux bouts, vaudrait-il mieux manger un gros repas de fête, ou plusieurs repas équilibrés?

IMG_0802

Vivant dans un pays où les hiver peuvent être extrêmes, il n’est pas rare que lors du fameux réveillon du 24 décembre ou le jour de Noël, nous nous retrouvions avec du verglas ou une importante tempête de neige, obligeant souvent les gens à prendre la route dans des conditions dangereuses, dont des grands-parents parfois peu habitués à sortir le soir.

On me parle souvent aussi de la magie de Noël. Honnêtement, je ne vois rien de « magique » aujourd’hui à ces pratiques barbares programmées par un système de consommation. Un Père Noël obèse, qui passe les semaines avant Noël dans les centres commerciaux, qui est partout en même temps pour distribuer des cadeaux made in China le soir en question, passant par une cheminée bien trop petite pour sa taille, et cela sans salir son costume blanc et rouge! Vraiment?

Il y a moyen de mettre de la magie dans nos vies sans le faire de manière artificielle à mon avis. Regardez comme cette rivière scintillante est 100 fois plus magique que des guirlandes métalliques et des lumières de couleurs! De la magie naturelle…

 

Nous pouvons parler à nos enfants du monde invisible parallèle à nous, plutôt que de leur raconter ces histoires fabriquées pour rapporter aux entreprises, de les faire rêver sur ce qui se trouve au-delà de notre lune et des étoiles. Nous pouvons faire un rituel du solstice, un peu comme le faisaient les autochtones. Nous pouvons utiliser ce temps de congé pour vraiment passer du temps de qualité avec nos proches, sans nous stresser et sans devoir faire un véritable marathon. Sans nous endetter non plus.

Certains trouvent que grâce à Noël, ils peuvent enfin voir leurs enfants ou parents! Vraiment? Personnellement, si ma fille ne venait me voir qu’à Noël, parce qu’elle se sentirait obligée par la pression collective, je préférerais ne pas la voir du tout! Tant d’attentes de toutes parts! Obligations d’offrir à un moment spécifique, obligations de recevoir, obligations de visiter, obligations de ne pas décevoir, obligations de performer pour plusieurs (à la cuisine et ailleurs), obligations de dépenser, obligations de paraître… Si bien que de nombreuses personnes partent en voyages dans le Sud durant cette période afin de ne pas se faire juger de ne pas vouloir participer à cette mascarade.

Pourquoi est-il si difficile de se respecter et de modifier les traditions? Pourquoi est-il si pénible de se tenir debout et de prendre le recul nécessaire pour refaire certains choix?

 

Je vous assure que cela en vaut la peine! J’aime ma fille, ma famille et mes amis, mais je ne vous dis pas la joie et le bonheur de ne plus faire partie de cette folie malsaine! Alors que les gens se bousculaient aux fourneaux, aux magasins, ou parcouraient de nombreux km, moi je m’émerveillais devant les scintillements de la rivière, de l’éclat de la neige ensoleillée, des pistes d’animaux sur la neige. Sur la photo de gauche, vous voyez la piste du renard qui arpente quotidiennement son territoire. Je l’ai aperçu à une minute d’auto de chez moi, il y a quelques jours, traversant la rue devant mon auto. Il est véritablement énorme et magnifique! Alors que je photographiais ses pistes sur la neige ce matin, j’ai entendu la détonation d’une arme! Un grand silence s’ensuivit. Je crains hélas qu’un voisin ait tiré sur lui. Ce « tueur de renards » célèbre probablement la « fête de l’amour » en ce moment! Ironique, oui je sais, mais c’est quand même la vérité.

Plusieurs personnes, épuisées et vulnérables, en profitent pour se partager des virus et terminent donc leurs vacances malades. Ils pourraient au contraire décompresser, passer en mode zen total et jouer dans la neige avec leurs enfants. Faire des sculptures de neige, marcher en forêt, lire, écouter leurs pensées, prendre le temps de rire et d’aimer sans devoir le démontrer avec des $$$.

 

Elle est magique la vie. Il suffit de regarder la nature pour le comprendre. Alors si ce soir ou demain, tu es triste d’être seul chez toi, va te promener dehors et remercie la vie de t’offrir ce rendez-vous unique avec toi-même!

Je vous souhaite à vous tous de vous partager avec vous-même en tout respect. De vous aimer sans rien attendre en retour et de voir la magie là où elle réside vraiment.

Bon 25 décembre!

Toutarmonie

Quand la nature nous montre la voie

L’eau est essentielle à notre équilibre. Nous en sommes composés en majorité et sans elle, nous sommes perdus. L’eau est la vie. C’est un besoin essentiel. Sans eau, nous n’existerions pas. Elle possède un langage et grâce à elle, toutes les cellules de notre corps communiquent entre elles. N’est-ce pas merveilleux?

Récemment, avec les nombreuses inondations, nous avons également constaté que l’eau est puissance et force. Elle peut nous montrer très rapidement que nous ne contrôlons rien. Composante essentielle de la nature, l’eau exprime à sa façon son raz-le-bol des traitements que nous infligeons à notre planète. En s’étirant dans son lit tout simplement, ce sont des milliers de vies humaines qui sont chamboulées. Des maisons qui n’étaient même pas au bord de l’eau furent envahies. L’eau tombant du ciel en abondance sculpte la terre et des routes d’asphalte s’effondrent, la nature reprenant ainsi ses droits. Nous trouvons cela terrible de voir les ravages causés par les inondations, mais si nous prenons un peu de recul, je pense que nous pouvons voir que ces débordements apportent également leur lot de réflexions et de prises de conscience.

Dans la région où j’habite, nous avons vu des gens, qui habituellement vivent sans se préoccuper de leurs voisins, se mettre à aider des inconnus. Les nombreuses manifestations de solidarité et d’entraide nous amènent à constater que face aux épreuves, les gens s’unissent naturellement, comme ces petits poissons dans les océans qui ne voyagent qu’en formant un banc afin de faire face aux prédateurs. Même les différents parties politiques ont mis de côté leur esprit de contradiction pour travailler ensemble. L’Homme doit-il se sentir menacé pour ouvrir ses yeux et son cœur?

J’entendais à la radio des journalistes dire que des gens luttaient pour conserver ce qu’ils ont de plus précieux, en parlant de leurs biens. Est-ce vraiment ce qu’ils ont de plus précieux? Ceux qui ont lutté contre le courant pendant des jours, avant de capituler face à l’inévitable, ne se demandent-ils pas au bout du compte si leur vie n’est pas plus précieuse que ces biens qu’ils tentaient de sauver presque au prix de leur vie?

Nos climats sont bouleversés et menacent nos certitudes et nos modes de vie. Des insectes et des virus se réveillent, se déplacent aussi avec les changements climatiques, apportant avec eux des maladies que nous ne sommes pas prêts à combattre. La terre tremble de partout. Nos océans crachent du plastique et de la radioactivité que mangent les animaux et poissons, que nous mangeons à notre tour. Nos corps réagissent aux aliments modifiés génétiquement. Jamais nous n’avons eu aussi peu de certitudes face à l’avenir qu’en ce moment. Pourtant, au travers de tout cela, la vie nous donne une leçon extraordinaire en nous obligeant à focaliser sur le moment présent et à réfléchir sur nos comportements. À partir de quand l’humain décide-t-il de changer? Généralement, quand ça commence à faire vraiment mal… malheureusement! Combien de gens n’ont cessé de fumer que lorsqu’ils se sont mis à tousser leurs entrailles? Alors à ceux qui voient cette période comme une fatalité, je suggère de changer de lunettes pour voir que nous ne vivons pas ceci sans raison. Évidemment que les choses doivent changer, mais pour y arriver, il faut prendre conscience de l’urgence de passer à l’action.

Je vis au bord d’une rivière qui hurle et fonce avec détermination à force de ne pas être entendue par l’Homme. Lorsque son niveau fut maximal, j’ai vu des arbres devenir rouge sang sous l’eau! C’était saisissant!

2017-04-23 16.00.23.jpg

L’eau nous enseigne à lâcher prise, à suivre notre courant intérieur. C’est spectaculaire de voir les flots tout arracher sur leur passage, mais c’est également très apaisant. Nous sommes cette eau… Des millions de gouttes s’unissent pour former ces puissants flots, pourtant une seule goutte est bien inoffensive! Si nous nous unissons afin de trouver des solutions, nous serons, à l’image de la rivière, puissants et percutants. Nous avons le pouvoir de créer le monde de demain que nous souhaitons avoir.

Toutarmonie

 

Le bonheur au quotidien

À force de rêver, nos rêves prennent forme. Je vous écris en direct de mon nouveau chez-moi. Une véritable oasis de bonheur! Oui oui, ce sont mes pieds, dans ce hamac au bord de la rivière! Il ne vous manque que l’odeur du vent transportant les parcelles de bonheur et le murmure omni présent de la rivière. J’ai l’impression d’être en vacances, mais cela est ma réalité depuis le 1er juillet et le sera au quotidien. Fini la ville avec le bruit des autos et les avions qui passent presque sur le toit. Fini la poussière et la pollution. Vendredi, j’étais trop affairée à transporter mes cartons, mais depuis hier, je ne cesse de remercier la vie de me choyer ainsi!

Oups! J’ai appuyé sur la mauvaise touche et mon texte a été publié avant que je ne le finisse!

Je disais donc que je me pince depuis deux jours, à savourer cette paix, ce bonheur en majuscule. Des lucioles dansent à mes fenêtres la nuit. Un grand héron s’est envolé à mes côtés ce matin alors que je prenais mon petit-déjeuner au bord de la rivière où toutes sortes d’oiseaux me font régulièrement la conversation. J’ai mes légumes qui poussent, ainsi que mes herbes médicinales (que j’ai planté il y a un mois avant d’arriver et que ma voisine a proposé d’arroser en mon absence). J’ai l’impression d’être en vacances! Vous imaginez vivre une vie avec la sensation d’être en vacances?! J’adorrrrrre!

Comme le bonheur ne vient pas seul, j’ai non seulement trouvé d’abord un boulot qui me permets d’œuvrer ici et maintenant pour le monde de demain, mais en plus je me suis fait un nouveau copain; un chat! Happy est son nom (oui! ce chat est l’exemple du bonheur). Happy était errant et quand il m’a vu, ce fut le coup de foudre réciproque. J’aurais voulu trouver un chat aussi extraordinaire que je n’aurais pas pu. Lui est venu à moi! Il m’a sauté illico sur les cuisses et avant que je n’ai le temps de comprendre ce qui arrivait, il me léchait les oreilles et se frottait à mon cou! Depuis, nous sommes inséparables! Le voici justement!


Joyeux, il grimpe aux arbres et vit sa vie de chat dehors. Le soir, il n’y a pas plus affectueux que lui! Bref, le bonheur Happy!

Heureusement que j’aime mon travail, parce que je ne voudrais plus quitter cet endroit pour aller travailler! 🙂

Bons rêves!

par Toutarmonie