Bémol à la fête

Les festivités de la Saint-Jean-Baptiste battent leur plein, et partout au Québec les québécois assistent aux spectacles, s’unissent pour une même cause, et célèbre la fierté d’être québécois.

Le spectacle a lieu à seulement quelques rues de chez-moi, mais je n’avais pas envie de bain de foule. Cela ne m’a pas empêché d’entendre le spectacle et de très bien comprendre les paroles…

Puis vint le traditionnel feu d’artifice lorsque la chanteuse se mit à chanter « ici comme ailleurs, je pense encore à toi… ». FEU D’ARTIFICE… comme il porte bien son nom… un « artifice ». Mon chat pensait que la guerre était déclarée, et qu’on nous attaquait!!!! J’ai vu la terreur dans ses yeux. Je suis sortie sur le balcon, et je voyais les chats du quartier courir apeurés en frôlant les murs! Dehors j’entendais de jeunes enfants pleurer! Puis des jeunes adultes sont arrivés en courant vers le feu d’artifice, en hurlant comme des bêtes. À croire que ces coups qui ressemblent à des obus qui tombent font sortir la violence en eux!

Puis une fois le feu terminé et le spectacle qui enchaînait, vint l’odeur… Pouah!!!!! Ne sommes-nous pas plus évolués que cela? Ne pouvons-nous pas nous amuser proprement? J’entends déjà ceux qui diront que c’est féerique, spectaculaire et tout le tralala… Oui, j’en convient, jusqu’à ce qu’on s’arrête pour réfléchir à l’impact d’un feu d’artifice. Alors là, la féerie fait place à la honte!

Voici ce que j’ai trouvé sur le sujet:

En explosant, la bombe libère des millions de particules de poussières très fines et du gaz qui peuvent se rabattre sur les spectateurs en raison du vent où se maintenir dans l’atmosphère quelques jours puis se déposer dans l’environnement (forêts, champs, mer…). Sachant cela, comment peut-on faire des ohhhhhhh! de ravissement?

Festival de feux d’artifice de Montréal

Ces particules issues de l’explosion d’un feu d’artifice, seraient 5 fois plus polluantes que celles du smog, estime une étude menée par la ville de Montréal.

On a démontré (à Montréal) que la fumée d’un feu d’artifice équivalait à une pollution record en particules fines, mais la toxicité de ces fumées sur l’homme, l’enfant ou l’Environnement ne semble pas avoir été étudiée (plus pratique de dire cela que de révéler la vérité!).

Regardez ici, les particules en suspension dans le rayon bleu. Ceux-ci contiennent une certaine quantité de métaux réputés toxiques.

Alors la prochaine fois que vous verrez un feu d’artifice, trouverez-vous cela merveilleux?

Où irez-vous si Fukushima explose?

Je vous retransmet ce texte de Jean-Marc Dupuis que j’ai trouvé sur 2012 un nouveau paradigme. Je suis vraiment contre la désinformation dont nous sommes nous témoins…
Ce n’est pas parce que nous n’entendons pas parler de quelque chose, qu’elle n’existe pas…

Tandis que le club des journalistes parisiens nous bombarde de gros titres sur le dernier tweet de Valérie Trierweiler (passionnant !), les mésaventures de Ségolène (navrant !), le départ de Laurence Ferrari (émouvant !) ou encore les déclarations des (ir)responsables Européens sur la crise des dettes publiques, la situation à Fukushima tourne à la catastrophe sans que cela ne mérite une ligne dans nos journaux ni même quelques secondes d’antenne.

Et pourtant, si l’objectif des journalistes officiels est de « vendre du papier » ou « faire de l’audience », puisque beaucoup d’entre eux ne s’en cachent même plus, parler de ce qui se passe réellement à Fukushima leur permettrait d’exciter les foules, à juste titre pour une fois.

Mais pour l’instant, c’est le silence… de mort.

Une question de survie de l’espèce humaine

Lorsque la centrale nucléaire de Fukushima fut ravagée par le tremblement de terre puis le tsunami en mars 2011, les autorités japonaises et les agences spécialisées dans le nucléaire ont eu une seule priorité : minimiser de façon obscène l’impact sanitaire de la catastrophe, pour empêcher tout mouvement de panique.

L’explosion d’une centrale nucléaire libère pourtant dans l’atmosphère une grande quantité de radionucléides radioactifs. Il en va de même des retombées radioactives après l’explosion d’une bombe atomique ou d’une « bombe sale ». L’un des composés radioactifs les plus communs est alors l’iode 131 (131I). Et c’est ce qui s’est passé à Fukushima (plus à ce sujet ci-dessous).

Par chance, il existe un moyen rapide, très efficace, très bon marché, et sans effets indésirables graves, d’immuniser votre organisme contre l’iode 131, ce qui n’est pas le cas des autres composés radioactifs (césium par exemple).

Il vous suffit de prendre, dans les deux heures qui suivent l’accident nucléaire, un comprimé d’iode, ou de vous badigeonner 2 mL de teinture d’iode sur la peau (1 mL pour les enfants). Si vous n’avez pas d’iode dans votre armoire à pharmacie, vous pouvez utiliser de la bétadine, en doublant la dose. L’application est à renouveler trois jours plus tard. De cette façon, vous saturez votre corps d’iode non radioactif et vous diminuez de 97 % votre absorption d’iode radioactif, et ce sans effets indésirables graves.

En effet, votre glande thyroïde est programmée pour emmagasiner et concentrer rapidement l’iode qui passe à sa portée. Si c’est de l’iode radioactif, votre thyroïde l’absorbera et vous serez exposé à des rayonnements internes, qui augmenteront votre risque de cancer de la thyroïde et de nodules bénins. Les enfants et les bébés sont encore plus vulnérables que les adultes.

Mais si votre thyroïde est déjà saturée d’iode non radioactif, alors votre corps n’en absorbera plus. Et vous pouvez obtenir ce résultat en vous badigeonnant de la teinture d’iode sur votre peau.

Cela ne coûte quasiment rien. Mais encore faut-il en avoir dans son armoire à pharmacie.

Attention, il existe des dangers à utiliser de la teinture d’iode, qui n’est pas un produit anodin. Il convient, avant de l’utiliser, de demander l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien. Il ne faut pas l’associer à des antiseptiques à base de mercure. Les femmes enceintes et les bébés de moins d’un moins ne doivent pas l’utiliser sans avis médical. De même, toute personne qui présente une certaine sensibilité à l’iode, qui est atteinte d’une maladie thyroïdienne et qui souffre de troubles cardiaques ne devrait pas s’appliquer de teinture d’iode.

Il est vital d’agir rapidement

La rapidité d’administration de l’iode après une exposition à de l’iode radioactif est un facteur décisif d’efficacité. L’effet protecteur est de 97 % lorsque la teinture est administrée au moment de l’exposition, mais passe à 85 % une heure après, et à 50 % entre 3 et 4 heures après l’exposition. Après 6 heures, vous êtes « out ».

Pour ces raisons, il semble raisonnable de vous préoccuper aujourd’hui de mettre dans votre armoire à pharmacie une bouteille de teinture d’iode. Il ne vous en coûtera que quelques euros.

La bombe à retardement n’est pas du tout désamorcée

Contrairement à ce qu’ont reconnu les autorités au moment de l’accident, des dizaines de milliers de personnes au Japon et dans le Pacifique ont été affectées par les émissions de césium 137 radioactif suite au tsunami de mars 2011. Des déchets de la centrale de Fukushima ont été retrouvés jusque sur les côtes de la Californie. Alors qu’on craignait que l’accident fût pire que celui de Tchernobyl dans les jours qui suivirent, personne n’imaginait à quel point ce serait pire en effet.

Si les estimations actuelles sont exactes, Fukushima a déjà relâché autant de radiations dans l’atmosphère que Tchernobyl. La différence est que la société TEPCO et le gouvernement japonais n’ont pas voulu construire de sarcophage en béton autour de la centrale, comme ce fut fait par les soviétiques, à un coût humain il est vrai gigantesque.

Aujourd’hui, on se retrouve donc avec des installations nucléaires à nu, et le risque d’un désastre encore dix fois plus grand si un nouveau tremblement de terre devait se produire. Ce scénario est malheureusement probable dans cette région à forte activité sismique.

Nous sommes donc aujourd’hui à la merci de la nature. Le gouvernement japonais le sait, et prépare actuellement des plans pour l’évacuation totale de l’agglomération de Tokyo, un exode aux conséquences humanitaires apocalyptiques qui concernerait 40 millions de personnes ! En fait, d’immenses territoires aujourd’hui densément peuplés dans l’hémisphère nord deviendraient inhabitables, pour des siècles voire des millénaires.

Nier les faits ne sert à rien

Il n’existe aucun moyen de nier cette réalité. Prétendre que la menace n’existe pas ne peut ni écarter le danger, ni vous protéger vous et votre famille. Le seul effet sera de vous laisser démuni le jour où le désastre se produira.

Il faut que vous ayez en tête les faits suivants :

La centrale de Fukushima-Dai-Ichi contenait six réacteurs nucléaires. Le tsunami du 11 mars 2011 provoqua l’inondation des générateurs produisant l’électricité du système de refroidissement, ce qui entraîna, dans les jours qui suivirent, la fusion de trois réacteurs sur les six (« full melt down »).

Chacun d’entre eux va alors connaître des explosions d’hydrogène, qui détruiront leur toit et leur partie supérieure.

À partir de ce stade, des rejets massifs vont se produire dans l’atmosphère et l’environnement. Le gouvernement japonais prend alors une décision dramatique : demander que de l’eau de mer soit utilisée pour refroidir les réacteurs, ce qui acheva de les détruire complètement, et à relâcher des millions de litres d’eau contaminée dans le Pacifique.

La catastrophe fut donc classée au niveau 7 (le plus élevé) de l’échelle internationale des événements nucléaires.

Le cauchemar des piscines

Mais la pire menace actuellement concerne les « piscines ».

Il faut savoir que, dans une centrale nucléaire de type Fukushima, les barres de combustible usé sont stockées dans des piscines remplies d’eau. Ce combustible émet des rayonnements qui sont extrêmement dangereux pour l’homme et dégage une énorme chaleur. Dans les conditions normales, l’eau permet de bloquer les rayons, et de refroidir les barres de combustible usé. Des machines permettent en outre d’examiner les barres, de les déplacer, etc.

Le problème est que, suite à l’accident, le système de refroidissement a cessé de fonctionner, ce qui a d’abord produit l’évaporation de l’eau puis un incendie dans la piscine du réacteur n°4, produisant de nouvelles émissions de vapeurs radioactives. Les installations pour déplacer les barres ont été détruites. Aujourd’hui, plus aucun être humain ne peut s’approcher de ces piscines.

Une catastrophe imminente ?

Aujourd’hui, mardi 19 juin 2012, la radioactivité a tellement monté dans la piscine n°2 qu’il n’est plus possible de la mesurer. (Oui, vous avez bien lu : la radioactivité est trop forte pour être mesurée). L’eau étant en train de s’évaporer, la chaleur et les radiations pourraient augmenter fortement et déclencher de nouveaux incendies.

La piscine n°4 est à 30 mètres au-dessus du sol et elle est exposée à l’air libre. La structure qui l’entourait et qui la soutenait est fortement endommagée. Si un nouveau tremblement de terre se produisait et qu’elle s’effondrait ou se mettait à fuir, un incendie radiologique catastrophique se produirait qui pourrait provoquer des émissions de Césium dix fois supérieures à Tchernobyl.

Il est de plus impossible de retirer ces barres radioactives car le système prévu a lui aussi été détruit lors du tsunami. Les retirer avec une grue provoquerait des émissions de radiations destructrices, des incendies et potentiellement aussi des explosions, qui ne peuvent être évités qu’en les maintenant en permanence dans l’eau, dans des structures renforcées (ce qui n’a encore jamais été pratiqué nulle part, ajoutant une forte dose d’imprévisibilité à l’opération).

Certains scientifiques pensent même que l’effondrement des piscines serait si grave que l’ensemble du Japon devrait être évacué. Cela représenterait 125 millions de réfugiés, ce qui causerait un désastre humanitaire sans précédent.

Une des plus grandes accumulations de radioactivité de la planète

Avant que vous ne balayiez de la main ces informations en les attribuant à quelque réseau antinucléaire extrémiste, voici ce qu’a déclaré Robert Alvarez, haut conseiller à l’environnement et à la sécurité nationale au ministère de l’énergie des Etats-Unis (Senior Policy Adviser to the Secretary for National Security and the Environment for the US Department of Energy) :

« Le total des stocks de combustible nucléaire usé sur le site de Fukushima Daichi contient près de la moitié du montant total du Césium 137 libéré par tous les essais d’armes nucléaires dans l’atmosphère, Tchernobyl, et les usines de retraitement du monde entier (environ 270 000 000 curies ou 9,9 E +18 becquerels).

Il est important que le public comprenne que les réacteurs qui fonctionnent depuis des décennies, comme celui du site de Fukushima-Dai-Ichi, ont produit un des plus grandes accumulations de radioactivité de la planète. »

Les agences nucléaires du monde entier sont en alerte face à l’éventualité d’une nouvelle dégradation des réacteurs de Fukushima et des piscines de combustible usé, et des retombées radioactives qui s’ensuivraient. Une série d’explosions se produiraient qui entraîneraient des radiations dans l’ensemble de l’hémisphère nord, qu’il serait impossible de limiter.

Ne comptez pas sur les autorités pour vous « prendre en charge »

La morale de cette histoire est que, quoi que l’avenir nous réserve, ne comptez pas sur les autorités pour vous protéger, et encore moins pour vous « prendre en charge ».

Si, dans un domaine aussi crucial que la sûreté nucléaire, elles sont capables de laisser une telle catastrophe se produire (difficile de prétendre qu’au Japon, personne ne connaissait le risque de tremblements de terre et de tsunami…), et si elles sont capables de si mal gérer les conséquences, dites-vous bien qu’elles agissent de la même façon, et pire encore, dans d’autres domaines, y compris celui si crucial de la santé publique.

La réalité est que les experts des gouvernements ne sont tout simplement pas préoccupés, en premier lieu, par le bien public, et encore moins par votre cas particulier ou par le mien.

Pour eux, comme pour beaucoup de monde, la priorité est avant tout d’assurer leur propre avancement, leur propre prestige. Et s’il faut pour cela contribuer, de façon active ou passive, à mettre en place un système dangereux et inhumain, beaucoup, malheureusement, n’hésiteront pas. L’histoire l’a prouvé, et combien de fois.

Je vous tiendrai informé

Je continue à recevoir, au jour le jour, des informations exclusives de Fukushima. Vous serez donc parmi les premiers à être informé dès que ce produira un événement important, et sans que les informations ne passent par le filtre des agences officielles. Cela vous permettra, si vous le souhaitez, d’être parmi les premiers à réagir.

C’est ce qui fait, en général, toute la différence.

Bien à vous,

Jean-Marc Dupuis

Santé Nature Innovation

Déménager sans polluer

Ceux qui me connaissent le savent, je vais bientôt déménager! Mais comment déménager en polluant le moins possible?

Cela est possible en déménageant à vélo! C’est le défi que s’est lancé le québécois Julien Myette en créant son entreprise Déménagement Myette. Depuis 2008, ils ont eu plus de 1000 clients, et ont parcourus plus de 12 000 km… à vélo!

En plus d’être plus économique, il n’y a pas d’émission de CO2. Quelle belle initiative écologique!!! En plus, l’entreprise offre la location de bacs en plastique, au lieu de payer pour des boîtes. Vous vous demandez comment ça se passe? Regardez ce vidéo:

4 électros sur une remorque!

Et si vous habitez trop loin comme moi (car le service est offert uniquement sur le territoire montréalais), vous pouvez également louer les services de leurs déménageurs et ainsi, encourager cette belle entreprise qui a réussi avec brio à faire les choses autrement!

Bravo à ces jeunes entrepreneurs! Une belle source d’inspiration…

Pour plus d’informations ou pour réserver leurs services:
www.demenagementmyette.ca

Qu’est-ce qu’un super volcan?

Des activités récentes sur notre planète laissent présager, entre autres, la possibilité d’une super éruption car au moment où je vous écris, 5 super volcans ( de catégorie 8 ) montre des signes d’éveil, ainsi que 7 volcans de catégorie 7. Une partie de ce site consiste à aborder ce sujet car de tels phénomènes (bien que naturels pour la Terre qui est vivante malgré tout ce que nous lui faisons subir) auront des impacts majeurs sur nos vies.

En parallèle à cela, il y a principalement autour de la ceinture de feu une activité très préoccupante laissant également présager le méga séisme attendu par les scientifiques. S’ajoute à cela de nombreuses failles immenses qui sont récemment apparues, des liquéfactions de sol inquiétantes, et la mort de nombreux groupes d’animaux (qui peuvent avoir un lien avec des gaz toxiques qui s’échapperaient de la Terre). La faille de New Madrid, laquelle couvre 5 états aux États-Unis (l’Illinois, le Missouri, l’Arkansas, le Kentucky et le Tennessee) semble se réveiller elle aussi. Serait-il possible que cette faille soit un des signes qui indique que le volcan de Yellowstone sort de sont sommeil?

Chose certaine, nous ne pouvons ignorer l’activité intense terrestre en ce moment et nous devrions en profiter pour réfléchir à nos vies et nos choix…

Même si tous ces phénomènes menacent la vie de nombreuses personnes, nous pouvons être assurés d’une chose, c’est que ceux qui resteront n’auront pas le choix de vivre différemment, et cela ne peut qu’être positif à long terme… Je pense qu’il faut le voir positivement… car l’humain, confortable dans ses habitudes, même les mauvaises, ne change souvent que lorsqu’il n’en a pas le choix!

Donc pour votre information voici, en 3 parties, ce qu’est un super volcan:

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Êtes-vous au courant?

Je viens de voir Roy Dupuis et Nicolas Boisclair en entrevue à l’émission Tout le Monde en Parle. Ils parlaient de leur film Cherchez le courant, traitant de l’hydro-électricité, plus particulièrement du projet Romaine ayant pour objectif la construction de 4 barrages hydro-électriques sur la rivière Romaine, afin de vendre cette électricité aux américains. Le problème c’est qu’il en coûtera beaucoup plus cher de produire cette électricité que ce qu’elle rapportera!!!!!! Ce seront donc nous, les contribuables, qui payerons pour l’électricité des américains!!!! Et quand je dis « payer », ce n’est pas qu’en termes financiers, mais également sur le plan environnemental. Un non sens… qui pourrait trouver tout son sens dans les scandales que tentent d’étouffer le gouvernement Charest sur l’industrie de la construction.

Des révélations très intéressantes…

Un film percutant, qui propose de nombreuses autres solutions beaucoup respectueuses de l’environnement à moindre coût.

  • Biogaz
  • Biomasse
  • Efficacité énergétique
  • Éolien
  • Hydroélectricité
  • Géothermie
  • Solaire passif
  • Solaire photovoltaïque
  • Solaire thermique

Faisant suite à ce dont je parlais hier, tous ensemble nous pouvons agir afin que ce projet ne se réalise pas. Les réalisateurs de ce film dénoncent une réalité en parcourant en canot les 500 km de la rivière Romaine… à nous maintenant d’agir et d’exprimer notre différence pour un avenir différent!

Surveillez l’horaire de projection sur leur site www.chercherlecourant.com

Quel exemple inspirant!

Le 10 février dernier, je publiais Deux mondes différentes, où il était question d’une tribu n’ayant jamais eu de contacts avec le monde extérieur. Je faisais remarquer que ces gens ne produisaient pas de déchets non biodégradables. Essayez d’en faire autant pour voir! Pas facile!

Pourtant, deux canadiens de Vancouver se sont lancés le défi pendant un an, du 1er juillet 2008 au 1er juillet 2009. Durant cette année-là, ils ne devaient pas acheter de biens non essentiels, ni produire de déchets. Cela veut dire ne pas acheter d’aubergine si elle est enveloppée d’une pellicule moulante, pas de viande ou de légumes dans une barquette en stiro-mousse, pas de barre tendre dans un emballage individuel… vous voyez le portrait? Même chose au restaurant,  ou pour les cadeaux des amis! Si un aliment était sur-emballé, ils ne pouvaient pas l’acheter. Tous leurs vrais déchets devaient être conservés dans une poubelle, et au bout d’un an, le gagnant était celui ou celle qui en avait le moins. Ils se sont fait une liste de règles qu’ils devaient respecter. Leur aventure était partagée sur leur blogue : The Clean Bin Project (en anglais seulement). De cela est né un documentaire dont voici la bande-annonce (en anglais):

L’été dernier, ils ont traversé le Canada à vélo pour présenter leur film. Le DVD n’est pas encore disponible, mais vous pouvez vous inscrire à leur page Facebook, ou sur leur site The Clean Bin Project: Documentary Film pour connaître la date de sortie, ou savoir où leur film sera projeté.

Je les suis depuis un bout de temps, et je trouve que ce serait génial si ce film pouvait être projeté dans toutes les écoles secondaires du pays. Sûrement que le gouvernement pourrait investir dans ce projet pour sensibiliser nos jeunes. Les bonnes habitudes se prennent dès l’enfance… !

S’ils ont pu le faire, et faire une différence dans leur entourage, nous le pouvons tous! Voici leurs dix conseils:

1. Cessez d’utiliser des sacs en plastique

2. Bien organiser son espace recyclage

3. Compostez

4. Recyclez tout ce que vous pouvez

5. N’utilisez plus les contenants « pour apporter » au restaurant, dont la tasse en carton ciré (apportez vos propres contenants)

6. Regardez l’emballage avant d’acheter un produit

7. N’hésitez pas à contacter les entreprises pour leur dire ce que vous pensez

8. Utilisez des produits d’entretien recyclables et biodégradables

9. Achetez seconde main

10. Faites-le vous-mêmes plutôt qu’acheter…