Le livre du changement!

IMG_6410À défaut de pouvoir visionner le documentaire « DEMAIN, LE FILM », car il n’est toujours pas disponible au Québec, je me suis offert le livre le 1er février dernier, dès sa sortie. Il n’y avait qu’un seul exemplaire à la petite librairie où je suis allée, et bien qu’il apparaissait sur leur inventaire informatique, ils ne le trouvaient pas en rayon! La dame l’a cherché un bout de temps, alors que je cherchais également de mon côté. Je devais avoir l’air bien déterminée, car un autre commis s’est joint à nous pour essayer de trouver où s’était égaré le livre que je cherchais. J’allais abandonner lorsque la dame est revenue, toute souriante en disant « Je l’ai trouvé! »

J’en suis très heureuse d’ailleurs, car ce livre a profondément inspiré mes nuits de février puisque j’en savourais un bout chaque soir. Ce que je lisais m’accompagnait tout au long des journées. Je trimballais mon livre partout avec moi, n’hésitant pas à en parler à ceux que je rencontrais. Ma copie est pleine de passages surlignés en jaune. Ma fille m’a dit en riant, « On dirait que tu te promènes avec une bible!!! » C’est ça, prêchons la bonne nouvelle…. ah!ah!ah! Notre religion étant la vie, tout simplement.

La situation du monde et l’état critique de la planète, je les connaissais. Cela dit, la manière concise dont l’auteur, Cyril Dion, en parle exprime bien l’urgence, pour nous tous, de passer à l’action. Nous y sommes déjà…

Tous les exemples présentés sont des gens qui font les choses autrement afin d’apporter des solutions aux problèmes actuels, lesquels sont très énergisants. Parfois ce sont des groupes, ou des villes, ou même un pays. Ça donne envie de s’activer sur le champ pour apporter notre contribution à ce défi énorme. Tous ces gens qui œuvrent solidairement… tous ces gens « normaux » qui un jour en ont eu assez d’attendre après les autres… Si vous attendez encore, alors courrez vite vous procurer ce livre. Il aura un effet « coup de pied au c… » dont nous avons tous besoin! Il y a tant à faire!

Si les gens mettaient autant de temps et d’argent à faire des films sur l’ingéniosité des gens qui trouvent des solutions, ou sur des films dont l’histoire est positive pour la collectivité, au lieu de le faire pour des histoires de fin du monde, de consommation abusive et de guerres, ce serait génial! Heureusement, des gens comme les auteurs de « Demain », « En quête de sens », « Unity »… le font déjà. Rien qu’à voir le succès du documentaire « Demain » qui a même gagné un César, pour comprendre que ce genre de films correspond à un besoin. Les gens veulent de l’espoir! Nous avons tous besoin de partager les solutions afin qu’elles fassent le tour du globe en inspirant d’autres idées en chemin.

L’auteur a même eu la brillante idée de publier également un autre livre dédié aux enfants. Quelle merveilleuse idée! Je ne l’ai pas lu, mais je n’hésiterais pas à l’offrir en cadeau.

Il se passe quelque chose, c’est évident! Une énergie invisible pousse très fort afin de faire bouger les peuples. Les gens se mobilisent. L’heure n’est plus à se mettre la tête dans le sable. Si vous ne savez pas par où commencer, lisez ce livre. N’hésitez pas à faire comme moi en surlignant les passages plus importants. Prêtez-le, offrez-le… et surtout, en le lisant, donnez-vous le temps d’entendre ce qui monte. Créer, ça commence par écouter ce qui vient de l’intérieur.

Je suis très heureuse finalement que le film ne soit pas encore disponible ici. Aussi bon soit-il, il est facile de passer à autre chose 24 heures plus tard après un visionnement. Avec le livre, je peux le lire, le relire… en discuter… aller en lire plus sur le web…  et poursuivre la lecture à nouveau. Je peux ajouter des notes. Je peux le prêter et le laisser traîner sur ma table de chevet afin d’y revenir souvent. Donc excellent complément au documentaire!

Bonne lecture et n’hésitez pas à venir me partager vos commentaires!

Toutarmonie

Publicités

Plus de sacs et de bouteilles en plastique à Montréal

interdiction-sacs-plastique-europe

Youppi!!! Les sacs de plastique seront interdits à partir de janvier 2018. C’est loin, mais déjà plusieurs commerces ont commencé, janvier 2018 étant la date limite. Prochaine étape annoncée… le bannissement des bouteilles d’eau en plastique à usage unique.

bouteilles-eauReportage vidéo de Radio-Canada ici.

Nouvelle au Journal La Presse ici.

Voici le communiqué de Presse du maire de Montréal:

Montréal, le 22 février 2016 – Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, et le responsable du développement durable, de l’environnement, des grands parcs et des espaces verts au comité exécutif, M. Réal Ménard, ont annoncé le bannissement des sacs d’emplettes en plastique léger à Montréal à compter du 1er janvier 2018.

« Nous posons un geste fort aujourd’hui en annonçant ce choix réfléchi que fait Montréal de bannir les sacs de plastique légers dans les commerces de détail. La Commission sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs a pris soin de bien analyser les différents impacts et les enjeux environnementaux, économiques et sociaux. Avec cette interdiction ciblée qui laisse une période d’ajustement jusqu’au 31 décembre 2017, nous nous assurons de prendre les bons moyens pour le développement durable et la qualité de vie des Montréalais par une réduction à la source. Nous encourageons ainsi l’utilisation des sacs réutilisables ou plus résistants, un geste déjà posé par de nombreux Montréalais. D’ailleurs, la Ville de Montréal encouragera en parallèle plusieurs autres initiatives visant la consommation responsable, comme la réduction de la consommation des bouteilles d’eau en plastique, mais également le développement d’une filière de conception et de fabrication de sacs réutilisables au Québec », a déclaré le maire de Montréal, M. Denis Coderre.

Un bannissement qui comporte certaines exceptions

« Avec le nouveau règlement à être finalisé prochainement, la Ville vise le bannissement d’un certain type de sacs, soit ceux utilisés pour faire des emplettes et qui sont distribués ou vendus dans les commerces de détail. Il s’agit plus précisément des sacs légers (de moins de 50 microns) et des sacs de type oxo-dégradables, oxo-fragmentables, oxo-biodégradables et biodégradables. Je tiens à rappeler que ces sacs, a priori inoffensifs, ont des impacts importants au niveau de l’enfouissement tout comme sur nos écosystèmes vu leur volatilité, leur façon de se décomposer et le temps que ça prend pour une telle décomposition » a ajouté M. Ménard.

Notons que malgré ce nouveau règlement, certains sacs, pour des raisons d’hygiène, par exemple les sacs minces pour les fruits et légumes ou pour les médicaments, ne sont pas ciblés.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a également mis en place un comité de suivi qui travaillera à l’harmonisation de l’interdiction de l’utilisation des sacs d’emplettes en plastique à usage unique sur le territoire métropolitain et, au Québec, en collaboration avec l’Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités. « Nous espérons que d’autres villes emboîteront le pas afin que l’interdiction de ces sacs se fasse à l’échelle du Québec » a déclaré M. Coderre.

D’ici la mise en vigueur du règlement, le 1er janvier 2018, la Ville de Montréal ira de l’avant avec des activités sensibilisation afin d’informer les citoyens, les commerçants et l’industrie du plastique des modalités du nouveau règlement et des solutions de rechange aux sacs d’emplettes en plastique léger.

« Nous savons que le Québec, notamment Montréal, a déjà eu un bon chemin de parcouru avec le Code volontaire des bonnes pratiques, mis en œuvre en 2008 et qui a mené à une réduction de 52% de l’utilisation des sacs de plastique. Je compte une fois de plus sur l’implication et la participation des citoyens, des commerçants et de l’industrie pour passer à une prochaine étape et assurer le succès de ce changement, faisant de Montréal une ville écoresponsable pour le bien de l’ensemble des Montréalais, de notre milieu de vie tout comme des générations à venir », a ajouté M. Coderre.

La Ville de Montréal a également annoncé l’année dernière son adhésion au National Zero Waste Council (NZWC), une organisation canadienne qui regroupe des particuliers, des organismes gouvernementaux, des entreprises, des industries et le secteur communautaire qui prônent l’atteinte du « zéro déchet ».

Ce point de presse est disponible à partir de la chaîne YouTube du maire de Montréal, M. Denis Coderre, à l’adresse suivante : http://bit.ly/1LekA8U

Toutarmonie

Vidéo

Le mensonge dans lequel nous vivons

Tellement vrai!!! Je l’avais publié le 28 mars dernier, mais cette version est en français, alors que l’autre n’avait que des sous-titres. Je sais que plusieurs d’entre vous ne sont pas nécessairement bilingues, et puis ce vidéo est du genre à le regarder plus d’une fois…

Notre maison la Terre

Un bijou de film de Yann Arthus-Bertrand nous dévoilant les trésors de notre si magnifique planète… et de ce que nous en faisons…

« Tout est partage…… Notre Terre repose sur un équilibre où chacun a sa place. N’existe que dans l’existence de l’autre. Un équilibre subtile, fragile, qu’un rien peut rompre. »

Une réflexion visuelle… à faire circuler!

Cliquez sur l’image pour visionner le vidéo.

71554-home

Toutarmonie

Pour extras en mal du pays!

Petit bijou de film qu’il est toujours agréable de revisiter… Ici en version intégrale.

Et quand vous aurez regardé ce film, je vous invite à aller visionner le documentaire de Coline Serreau, l’actrice de la Belle Verte… Vous trouverez le documentaire en deux partie sur mon autre blogue en cliquant ici.

Ouverture d’un magasin sans emballage à Austin au Texas

Austin, Texas, héberge déjà un magasin Whole Foods, mais cela n’empêchera pas un groupe d’entrepreneurs d’établir leur nouvelle épicerie juste à côté du magasin  d’aliments naturels de Béhémoth. Le nouveau magasin nommé In.gredients se spécialise lui aussi dans les ingrédients locaux et biologiques, avec toutefois une différence majeure par rapport à ses concurrents locaux: In.gredients promet d’être le premier magasin au pays à ne pas produire de déchets parce que « zéro emballage ».

L’idée est si simple qu’il est surprenant que personne aux États-Unis n’y ai pensé avant. (Au Royaume-Uni, un magasin de nourriture en vrac non emballée a ouvert ses portes à Londres l’an dernier). Dans le même esprit que l’habitude qu’ont les gens d’apporter leurs propres sacs à commission à l’épicerie, les consommateurs au magasin In.gredients seront encouragés à apporter leurs propres contenants pour emballer des articles comme les céréales, les huiles et les produits laitiers. Si un client n’a pas son propre contenant, le magasin en offrira des compostables. C’est comme si la section des aliments en vrac s’était rebellée et avait pris sa revanche sur le reste de l’épicerie traditionnelle. In.gredients remplacera les aliments malsains sur-emballés (malbouffe) par des aliments biologiques, naturels, sans emballage et offrira en parallèle des cours de cuisine, des ateliers de jardinage, et des expositions d’art, à la manière d’un centre communautaire.

« En vérité, ce qui est considéré comme normal dans le secteur de l’épicerie n’est pas sain pour les consommateurs ou l’environnement»,  a déclaré le co-fondateur d’In.gredients, Christian Lane, dans un communiqué de presse. Les Américains ajoutent  570 millions de livres d’emballage alimentaire à leurs sites d’enfouissement chaque jour, alors que ces aliments pré-emballés forcent les consommateurs à acheter plus que nécessaire, les encourageant à trop manger et à remplir exagérément leur poubelle;  27 % de la nourriture achetée aux États-Unis fini sa course dans la poubelle!

Les fondateurs du magasin In.gredients espèrent ouvrir leurs portes  à East Austin cet automne si tout va bien au niveau du financement de leur entreprise.

Article que j’ai traduit du site Good Food

Scène culte de la belle verte

Avez-vous déjà vu le film La Belle Verte?

Si la réponse est non, faites-vous plaisir, et allez louer ce petit bijou cinématographique. Si vous l’avez déjà vu, vous apprécierez à coup sûr revoir cette scène…

Pour vous mettre dans le contexte, les deux jeunes hommes et la femme du début viennent d’une autre planète, et ils ont « reconnecté » un docteur (Vincent Lindon) sur sa vraie nature et ses ressentis et ils discutent…

Toujours d’actualité comme vous le constaterez…

Quel exemple inspirant!

Le 10 février dernier, je publiais Deux mondes différentes, où il était question d’une tribu n’ayant jamais eu de contacts avec le monde extérieur. Je faisais remarquer que ces gens ne produisaient pas de déchets non biodégradables. Essayez d’en faire autant pour voir! Pas facile!

Pourtant, deux canadiens de Vancouver se sont lancés le défi pendant un an, du 1er juillet 2008 au 1er juillet 2009. Durant cette année-là, ils ne devaient pas acheter de biens non essentiels, ni produire de déchets. Cela veut dire ne pas acheter d’aubergine si elle est enveloppée d’une pellicule moulante, pas de viande ou de légumes dans une barquette en stiro-mousse, pas de barre tendre dans un emballage individuel… vous voyez le portrait? Même chose au restaurant,  ou pour les cadeaux des amis! Si un aliment était sur-emballé, ils ne pouvaient pas l’acheter. Tous leurs vrais déchets devaient être conservés dans une poubelle, et au bout d’un an, le gagnant était celui ou celle qui en avait le moins. Ils se sont fait une liste de règles qu’ils devaient respecter. Leur aventure était partagée sur leur blogue : The Clean Bin Project (en anglais seulement). De cela est né un documentaire dont voici la bande-annonce (en anglais):

L’été dernier, ils ont traversé le Canada à vélo pour présenter leur film. Le DVD n’est pas encore disponible, mais vous pouvez vous inscrire à leur page Facebook, ou sur leur site The Clean Bin Project: Documentary Film pour connaître la date de sortie, ou savoir où leur film sera projeté.

Je les suis depuis un bout de temps, et je trouve que ce serait génial si ce film pouvait être projeté dans toutes les écoles secondaires du pays. Sûrement que le gouvernement pourrait investir dans ce projet pour sensibiliser nos jeunes. Les bonnes habitudes se prennent dès l’enfance… !

S’ils ont pu le faire, et faire une différence dans leur entourage, nous le pouvons tous! Voici leurs dix conseils:

1. Cessez d’utiliser des sacs en plastique

2. Bien organiser son espace recyclage

3. Compostez

4. Recyclez tout ce que vous pouvez

5. N’utilisez plus les contenants « pour apporter » au restaurant, dont la tasse en carton ciré (apportez vos propres contenants)

6. Regardez l’emballage avant d’acheter un produit

7. N’hésitez pas à contacter les entreprises pour leur dire ce que vous pensez

8. Utilisez des produits d’entretien recyclables et biodégradables

9. Achetez seconde main

10. Faites-le vous-mêmes plutôt qu’acheter…