Le livre du changement!

IMG_6410À défaut de pouvoir visionner le documentaire « DEMAIN, LE FILM », car il n’est toujours pas disponible au Québec, je me suis offert le livre le 1er février dernier, dès sa sortie. Il n’y avait qu’un seul exemplaire à la petite librairie où je suis allée, et bien qu’il apparaissait sur leur inventaire informatique, ils ne le trouvaient pas en rayon! La dame l’a cherché un bout de temps, alors que je cherchais également de mon côté. Je devais avoir l’air bien déterminée, car un autre commis s’est joint à nous pour essayer de trouver où s’était égaré le livre que je cherchais. J’allais abandonner lorsque la dame est revenue, toute souriante en disant « Je l’ai trouvé! »

J’en suis très heureuse d’ailleurs, car ce livre a profondément inspiré mes nuits de février puisque j’en savourais un bout chaque soir. Ce que je lisais m’accompagnait tout au long des journées. Je trimballais mon livre partout avec moi, n’hésitant pas à en parler à ceux que je rencontrais. Ma copie est pleine de passages surlignés en jaune. Ma fille m’a dit en riant, « On dirait que tu te promènes avec une bible!!! » C’est ça, prêchons la bonne nouvelle…. ah!ah!ah! Notre religion étant la vie, tout simplement.

La situation du monde et l’état critique de la planète, je les connaissais. Cela dit, la manière concise dont l’auteur, Cyril Dion, en parle exprime bien l’urgence, pour nous tous, de passer à l’action. Nous y sommes déjà…

Tous les exemples présentés sont des gens qui font les choses autrement afin d’apporter des solutions aux problèmes actuels, lesquels sont très énergisants. Parfois ce sont des groupes, ou des villes, ou même un pays. Ça donne envie de s’activer sur le champ pour apporter notre contribution à ce défi énorme. Tous ces gens qui œuvrent solidairement… tous ces gens « normaux » qui un jour en ont eu assez d’attendre après les autres… Si vous attendez encore, alors courrez vite vous procurer ce livre. Il aura un effet « coup de pied au c… » dont nous avons tous besoin! Il y a tant à faire!

Si les gens mettaient autant de temps et d’argent à faire des films sur l’ingéniosité des gens qui trouvent des solutions, ou sur des films dont l’histoire est positive pour la collectivité, au lieu de le faire pour des histoires de fin du monde, de consommation abusive et de guerres, ce serait génial! Heureusement, des gens comme les auteurs de « Demain », « En quête de sens », « Unity »… le font déjà. Rien qu’à voir le succès du documentaire « Demain » qui a même gagné un César, pour comprendre que ce genre de films correspond à un besoin. Les gens veulent de l’espoir! Nous avons tous besoin de partager les solutions afin qu’elles fassent le tour du globe en inspirant d’autres idées en chemin.

L’auteur a même eu la brillante idée de publier également un autre livre dédié aux enfants. Quelle merveilleuse idée! Je ne l’ai pas lu, mais je n’hésiterais pas à l’offrir en cadeau.

Il se passe quelque chose, c’est évident! Une énergie invisible pousse très fort afin de faire bouger les peuples. Les gens se mobilisent. L’heure n’est plus à se mettre la tête dans le sable. Si vous ne savez pas par où commencer, lisez ce livre. N’hésitez pas à faire comme moi en surlignant les passages plus importants. Prêtez-le, offrez-le… et surtout, en le lisant, donnez-vous le temps d’entendre ce qui monte. Créer, ça commence par écouter ce qui vient de l’intérieur.

Je suis très heureuse finalement que le film ne soit pas encore disponible ici. Aussi bon soit-il, il est facile de passer à autre chose 24 heures plus tard après un visionnement. Avec le livre, je peux le lire, le relire… en discuter… aller en lire plus sur le web…  et poursuivre la lecture à nouveau. Je peux ajouter des notes. Je peux le prêter et le laisser traîner sur ma table de chevet afin d’y revenir souvent. Donc excellent complément au documentaire!

Bonne lecture et n’hésitez pas à venir me partager vos commentaires!

Toutarmonie

Publicités
Vidéo

Le mensonge dans lequel nous vivons

Tellement vrai!!! Je l’avais publié le 28 mars dernier, mais cette version est en français, alors que l’autre n’avait que des sous-titres. Je sais que plusieurs d’entre vous ne sont pas nécessairement bilingues, et puis ce vidéo est du genre à le regarder plus d’une fois…

Unity… la suite

affiche du film

J’ai eu le privilège de pouvoir assister au visionnement du documentaire Unity à Montréal le 12 août dernier, lors de son lancement. (cliquer ici pour voir ma publication du 7 août à ce sujet) J’en suis très heureuse! Si nous avions davantage de films comme celui-là, plutôt que des films qui font l’apologie de la violence et de la vengeance, nous progresserions sûrement plus rapidement vers une vie plus saine et plus équilibrée.

Dans ce documentaire, il est question d’égo. L’égo qui mène le monde…  Mais il est aussi question de compassion, de respect, d’amour et de comprendre que nous ne sommes qu’un. Un merveilleux film pour nous faire prendre conscience de nos comportements destructeurs, face à l’infime place que nous occupons dans l’univers. Comme quoi, nous n’avons aucune raison de nous croire les maîtres de l’univers dans cet espace si vaste…

La scène introductive donne tout de suite le ton au documentaire. Pendant de nombreuses minutes, on voit deux bœufs dans le couloir de la mort. Pas de narration, pas de musique, cependant nous ressentons ce que vivent les bêtes face à ce qui les attends. Il est difficile de ne pas verser de larmes… Je crois que ces scènes sont essentielles pour que les gens réfléchissent sur leurs manières de vivre. Même si je suis végétarienne, je pouvais imaginer comment se sentaient ceux qui venaient de manger un  steak… On doit ouvrir nos yeux pour pouvoir changer. Tout ne doit pas passer par « oh, mais j’aime tellement le goût »! Accepterions-nous de manger de la viande si nous devions voir ces scènes chaque jour? En parallèle, on nous explique que tous les animaux que nous utilisons pour leur force (chevaux, chameaux, boeufs, éléphants… ) ne mangent aucune viande et pourtant, il sont forts et puissants…

Ce film est touchant, bouleversant et il est impossible après le visionnement de ne pas réfléchir à tout cela. C’est le but, évidemment, car je suis persuadée que le réalisateur sait très bien que ce genre de changement prendra du temps. Cependant, pour changer, il faut des gens  comme cela qui nous mettent face à nos incohérences..

Comment pouvons-nous tuer ainsi (humains, animaux, planète) alors que nous ne formons qu’un? Car évidemment, nous sommes capables  d’énormément de cruauté envers nos semblables… Tuer son prochain, ou le faire souffrir, c’est se faire du mal également pourtant…

J’ai beau être végétarienne, j’ai beau boire du breuvage de soya au lieu du lait, ce film m’a troublé au point où, je crois être sur le point de ne plus manger de fromage non plus… car celui-ci est fait avec du lait. Quand on voit comment les veaux sont retirés brutalement de leur mère dès qu’ils se lèvent debout… quand on voit comment les vaches souffrent de produire du lait sans arrêt… et que nous apprenons que même les animaux ne boivent plus de lait après leur sevrage. Pourquoi, nous les humains, buvons-nous le lait d’autres espèces… sachant en plus que ces laits nous rendent malades?

Qu’attendons-nous pour changer? Voilà l’essentiel du message de ce documentaire.

La scène finale montrant un concours de chefs cuisiniers asiatiques cuisinant un poisson est à couper le souffle. Le gagnant doit préparer et cuire le poisson de manière à ce que celui-ci bouge encore les nageoires et la bouche une fois dans l’assiette! Les  gens applaudissent!!!! On voit même quelqu’un manger avec appétit, deux bouchées du pauvre poisson qui agonise et bouge encore!!!!!! Au secours! Dans quel monde de fou vivons-nous?

Ce film démontre qu’en nous unifiant, nous changerons…

À part la scène du début, tout au long, la narration est faite par toute une panoplie d’acteurs qui se succèdent. C’est la seule chose que j’ai moins apprécié de ce film… car le constant changement de voix et de la petite image de la personne qui parlait me déconcentrait souvent. Cela dit, cela ne m’empêchera pas de le revoir dès que je le pourrai.

Allez voir ce film. Faites-le voir aux enfants… rendez-les conscients le plus tôt possible s’il vous plaît! Il faut que cela change…

Pour terminer, vous pouvez accéder au site web du mouvement Unity en cliquant ici. N’hésitez pas à acheter ses produits dérivés ou  ces DVD pour lui permettre de produire d’autres films comme celui-ci, car dans ce monde, l’argent aide à créer.

Toutarmonie

unity

Vidéo

Le mensonge dans lequel nous vivons

Voici un vidéo intelligent et cohérent qui résume bien nos vies… un vidéo de type « wake-up call »! 🙂

Je vous ai trouvé une version avec sous-titres français pour que plus de gens puissent en profiter, car le vidéo est en anglais.

Toutarmonie

Départ de l’artiste Frédéric Back

Aujourd’hui est décédé l’artiste Frédéric Back à l’âge de 89 ans. Il était non seulement un grand artiste en arts visuels, mais il possédait également une conscience écologique qu’il partageait au travers de ses œuvres. Un homme qui avait à cœur d’ouvrir les consciences et de servir la beauté et la vie. Un végétarien… 🙂

Un grand homme qui a su faire une différence dans la vie de plusieurs personnes.

Bon voyage à lui dans ce pays créatif qu’est le monde parallèle!

En hommage à cet, voici l’Homme qui plantait des arbres de Frédéric Back.

Site web de l’artiste: www.fredericback.com

Notre maison la Terre

Un bijou de film de Yann Arthus-Bertrand nous dévoilant les trésors de notre si magnifique planète… et de ce que nous en faisons…

« Tout est partage…… Notre Terre repose sur un équilibre où chacun a sa place. N’existe que dans l’existence de l’autre. Un équilibre subtile, fragile, qu’un rien peut rompre. »

Une réflexion visuelle… à faire circuler!

Cliquez sur l’image pour visionner le vidéo.

71554-home

Toutarmonie

Fred: le héros des iguane bleues

Fred et ses amis les iguanes
Par Jean Lemire

Le Sedna IV arrivera mercredi à l’île Grand Cayman. L’équipe de tournage y est déjà. Sur les plages, les complexes hôteliers occupent presque tout l’espace. Les habitats naturels se font de plus en plus rares ici, et les animaux sauvages, victimes de ce boom immobilier, peinent à trouver refuge au milieu de cette jungle humaine.

Fred Burton est arrivé sur l’île en 1979. Ce biologiste anglais ignorait que sa vie allait être transformée à tout jamais par un impressionnant lézard aux allures préhistoriques : l’iguane bleu de Grand Cayman. Il peut atteindre près de 2 mètres de longueur et, comme son nom l’indique, il est d’un bleu océanique en période de reproduction. Il peut vivre aussi longtemps qu’un humain si on lui en laisse la chance. Mais le destin aurait pu prendre des allures de tragédies pour ce reptile, n’eût été l’intervention du biologiste anglais. Après être devenu directeur du Cayman Islands National Trust, Burton réalisa qu’il ne restait plus qu’une quinzaine d’iguanes bleus en nature! Le plus menacé de tous les iguanes de la planète n’avait presque aucune chance de survie. On le considéra même comme espèce pratiquement éteinte, tellement le pool génétique était faible et dispersé à travers l’île. Mais l’Anglais ne pouvait se résoudre à voir disparaître une des figures emblématiques de l’île. Sans grands moyens, il monta une petite équipe pour l’assister et, avec une détermination sans borne, il réussit l’une des plus remarquables histoires de conservation de la planète.

Lors d’une précédente expédition, nous avons accompagné Fred jusqu’à un lopin de terre aujourd’hui protégé de tout développement, un nouveau paradis consacré aux iguanes bleus. Fred Burton travaille avec les moyens du bord. Son campement sur le site est pour le moins rudimentaire : une vieille bâche bleue, quelques chaises, une toilette sèche. J’ai rarement travaillé aussi fort pour atteindre ce campement. Le sentier est fait de pics rocailleux acérés, entourés de plantes vénéneuses et de cactus dont les épines se sont bien enfoncées dans mes mains. Mais l’effort fut récompensé. Quand nous sommes enfin arrivés, un iguane bleu se prélassait au soleil à la porte du campement. C’était Zarko, un des plus grands iguanes relâchés dans la nature. Fred Burton l’a élevé, l’a soigné et lui a redonné sa liberté. Il espère aujourd’hui que le grand mâle trouvera des femelles pour perpétuer l’espèce dans son milieu naturel.

Depuis qu’il a entrepris de sauver cette espèce, Fred a réussi à relâcher plus de 600 iguanes en nature! Il a débuté avec un mâle et une femelle, pour ensuite créer une descendance remarquable, élevée pendant deux ans en enclos. Au jardin zoologique qui héberge son projet un peu fou, des centaines de jeunes iguanes, des œufs sous incubateur, et des enclos qui reproduisent le milieu naturel des iguanes. Certains circulent librement dans les limites du parc. D’autres, des mâles plus agressifs et territoriaux, servent de reproducteurs.

Avec Fred, nous avons relâché une vingtaine de jeunes iguanes âgés de 2 ans sur le nouveau site protégé. Chacun porte derrière la tête une série de petites billes de couleurs différentes qui permettent de différencier les iguanes entre eux. Le jour de notre expédition en fut un de grande première. Avec notre chance habituelle, nous avons pu assister à la première éclosion d’œufs d’iguane en nature! Ces œufs aujourd’hui éclos, résultats d’un accouplement entre des pensionnaires de Fred, prouvent que la grande et remarquable mission de sauvetage est désormais accomplie!

Vous auriez dû voir la tronche de la petite bête, se faufilant entre la végétation pour éviter notre caméra. Fred aussi avait une drôle de tronche. Après 23 ans d’efforts, un premier iguane est enfin né en nature. L’émotion, à l’anglaise, était au rendez-vous…

L’avenir de l’iguane bleu de Grand Cayman est probablement sauvé, grâce au courage et à la détermination d’un seul homme. Mais le sort d’autres espèces des Caraïbes demeure incertain, en raison de la forte croissance démographique observée un peu partout dans les Caraïbes. Le partage des ressources de la nature entre toutes les espèces constitue un défi important si l’on veut préserver la vie sur cette planète. Une planète en pleine crise, qui connaît le taux d’extinction d’espèces animales et végétales le plus élevé de l’histoire de la Terre.

Mais les histoires comme celle de Fred Burton nous montrent que le défi peut être relevé,
et que l’espoir de vivre en harmonie avec une nature abondante et généreuse demeure
entier.

Merci Fred!

Cliquez ici et aller à la fin de la page pour visionner le vidéo de Fred et ses protégées, les iguanes bleues

Source: Radio-Canada 100 jours pour la planète