Si l’on continue comme ça

Au Québec, la pluie est nettement insuffisante ce dernier mois. J’entends les arbres et toute la végétation agoniser du manque d’eau. Les vinaigriers abondants tout autour de chez moi ont des allures d’automne. Des feuilles jaune vif, rouge, rose et des touffes de feuilles séchées. Justement, au moment où je vous parle, il pleut et cela me réjouit! Cependant ces averses sont souvent de trop courte durée et l’eau ne se rend pas jusque dans le sol. D’ailleurs le temps de vous l’écrire, c’est terminé!

Autres parts dans le monde, il y a des inondations à n’en plus finir et toutes ces perturbations ont de quoi nous faire réfléchir. Le climat affecte toute la planète et menace notre sécurité alimentaire et notre eau potable.

Plus nous nous préparerons à ce qui vient, moins grand sera le choc. Il est bien plus facile de se préparer maintenant que d’être forcé de le faire. « On ne sait plus comment vous le faire comprendre! » nous dit Cyril Dion.

La situation est alarmante. Juste en juillet, on a vu au Groenland 11 milliards de tonnes de glace qui ont fondu en une journée, on a eu un mois de juillet le plus chaud de tous les temps, on voit le permafrost fondre 70 ans plus tôt que ce que les scientifiques imaginaient, on voit que les forêts tropicales commencent à ne plus absorber le CO2, la Sibérie brûle de façon délirante avec la vie sauvage qui va avec, si on continue comme ça, bientôt 500 millions de personnes ne pourront plus vivre là où ils sont. Il faudrait cesser d’utiliser les énergies fossiles (pétrole…). Il faudrait réduire de 50% le nombre de véhicules, manger moins de viande, cultiver localement. On a perdu 60% des populations d’animaux sauvages vertébrés ces 40 dernières années. Les insectes disparaissent 8 fois plus vite.

Nous devons apprivoiser la sobriété. Nos sociétés exigent une croissance constante, acheter plus, vendre plus, bref consommer toujours toujours et encore toujours. Pourtant la situation actuelle exige une décroissance. En résumé, nous devons apprendre à vivre avec moins et devenir de plus en plus autonomes à tous les niveaux localement. J’ajouterais apprendre à être heureux avec peu, ce qui sera sans doute la partie la plus difficile pour une grande majorité.

Je vous laisse écouter cette intéressante entrevue du 8 août avec Cyril Dion à France Inter.

Toutarmonie

30 réflexions au sujet de « Si l’on continue comme ça »

  1. Malheureusement, le président d’un des pays les plus pollueurs de la planète est dans le déni du dérèglement climatique. Pire, il prend des décisions catastrophiques pour l’écologie.
    C’est pas gagné !

    1. Tu as raison Filimages, mais rien ne nous empêche de changer individuellement et de nous préparer. Entre rester là à attendre que ça nous pète au visage et agir, je crois que le choix est facile. De plus, c’est valorisant de s’adapter à la situation. Tu ne crois pas?

      1. Sûrement, mais les causes du désastres ne vont pas être faciles à réduire.
        Juste un exemple parmi d’autres : En France (mais sûrement aussi dans beaucoup d’autres pays), acheter un logement en ville est devenu tellement cher que les gens sont obligés d’habiter loin, dans les campagnes. Non seulement ces nouvelles habitations grignotent la nature (champs, forêts…) mais en plus, cela génère un trafic routier monstrueusement polluant tous les matins et tous les soirs.
        La voiture électrique commence à arriver mais son autonomie et son prix ne sont pas encore compatibles avec la vraie vie.
        Et je ne parle que d’un seul problème parmi d’autres…

        1. Personne ne dit que ce sera facile. De là l’importance de modifier nos façons de penser et d’organiser nos vies. Vivre plus simplement. Repenser nos besoins. Devenir solidaires dans une même localité. Revisiter nos priorités. Réfléchir à d’autres possibilités, par exemple travailler et faire garder ses enfants a un prix énorme. J’ai eu à faire ce choix à une certaine époque, alors seule avec ma fille, et ça coutait plus cher d’aller travailler à l’extérieur que de m’organiser à travailler de chez moi (auto, gardiennage, essence, repas, garde-robe). Là où ça bloque, c’est que les gens ne veulent rien perdre de leur vie luxueuse. Pourtant cette période de simplicité volontaire avec ma fille (qui est maintenant adulte) reste une merveilleuse période pour nous deux!

        2. Tu as raison. Il n’est pas facile de changer son mode de vie, ses habitudes et ce que l’on croit être confortable. Pourtant ça peut générer d’autres formes de bonheurs…
          Bonne nuit (ou plutôt journée pour toi).

        3. ☺️ Générer d’autres formes de bonheur, oui tellement! Juste de planter 2 graines de plants de tomates cerises et de constater quelques semaines plus tard que nos plants ont une cinquantaine de tomates, c’est tellement excitant! En plus, on ressent dans la tomate tout l’amour et le soin qu’on a eu a l’entretenir. On ne retrouve pas cela en achetant une barquette de tomates made in Mexico à l’épicerie. 😉
          De voir que mes salades nourrissent à l’occasion une marmotte (entre autres) et que tout cela contribue à nourrir les insectes dont les abeilles… ça transforme le sentiment d’impuissance qui gagne tout le monde.

  2. Cette semaine nous avons eu une grosse pluie comme cela fait longtemps, mais en marchant je me suis aperçu qu’en marchant sur la pelouse, il n,y avait pas de surplus d’eau. ce n’est pas juste le mode de vie alimentaire que nous devons changer mais aussi repenser a nos villes. Ces ilots de chaleurs, cette asphalte nue sans végétation, ces pelouses compactés … Bref c’est un gros changements dans à bien des niveaux et dommage que malgré les alertes depuis des décennies, nous n’avons pas fait plus …

      1. Ho oui! La Magie de cette distance abolie, et l’extra-ordinaire de l’imaginaire et de ses innombrables Univers,
        Et puis s’immerger dans ces Océans….

    1. Les pensées étant des vibrations créatrices qui voyagent, je crois qu’il est essentiel de croire avec tout son coeur et toute sa forme en nos rêves. Croire en des solutions. Croire qu’un seul être peut faire une différence. Croire est, selon moi, le moteur d’une vie.

      1. Avoir foi, oui, en soi et en ses rêves, son imaginaire, ses aspirations, la Foi de la confiance qui offre d’engager le premier pas, puis le suivant,

  3. Nous sommes malheureusement sur la mauvaise voie. C’est désolant. Merci pour le suivi de mon site.

      1. Oui il faut souhaiter un sursaut des populations. Mais pour ça au début il faudra accepter d’abandonner un peu de son confort. L’égoïsme a tellement été cultivé pour nous installer dans ce pseudo confort et cela depuis des années que la partie n’est pas gagnée. En ce qui me concerne j’y suis préparé.

        1. Oui, je m’en doute et des gens comme toi seront recherchés pour leur expérience. Merci de faire partie ici et maintenant de ce changement. 🌼

  4. j’aime lire ce dialogue semé par ton article toutarmonie, ça rejoint tellement ma préoccupation : rêver l’avenir fertile….après tout si le pouvoir de l’intention peut nous amener des trucs et des machins dans nos vies persos pourquoi ne pas l’utiliser pour cocréer un collectif fleurisssant? allez chiche ( pois ) 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s